topblog Ivoire blogs

29/06/2012

Transfèrement de Soro à la Cpi: Grosses pressions des Américains sur Ouattara


Philip-Carter-III-300x177.jpg
29 June 2012 @ 17:00
Philip Carter, l’ambassadeur des usa en Côte d’ivoire, et Ouattara, son allié d’hier ne filent plus le parfait amour. Comme on le dit à Abobo, «c’est gâté entre les deux hommes». Le diplomate Yankee reproche à son poulain, une gestion pas démocratique du pouvoir. Ce qui n’est pas fait pour plaire à Ouattara et à son parrain français, nicolas Sarkozy. Très vite, Carter a été classé dans le lot des taupes qui dans l’entourage de Ouattara, était même à couteaux tirés avec jean Marc Simon, anciennement ambassadeur de la France en Côte d’ivoire. en fait plusieurs questions jettent le froid entre les deux. C’est vrai qu’il y a le problème des droits de l’Homme.

Mais il y a aussi cette délicate affaire de la Cpi. Sur ce point, les Américains restent intransigeants, en maintenant de grosses pressions sur le pouvoir. et c’est le confrère confidentiel «La lettre du continent» qui donne l’info. Il mentionne clairement que les Américains seraient en train de pousser le pouvoir ivoirien à livrer des chefs de guerre comme Losséni Fofana et Chérif Ousmane. ils veulent absolument les voir devant cette cour de justice et ce n’est pas tout. L’Amérique demande aussi que Soro, Président de l’Assemblée nationale soit conduit devant cette juridiction au nom de l’équité. Il est clair que tous ces chefs de guerre ont été cités dans des crimes de guerre en Côte d’ivoire. Loss, comme l’appellent ses soldats, a pratiquement fait un nettoyage ethnique dans la région de l’ouest.

Les témoignages sont bien clairs là-dessus. C’est le même cas pour Chérif Ousmane, l’ange exterminateur de l’ouest et de Yopougon. Ses hommes ont aussi commis des crimes de masse dans cette commune. Quant à Soro, il n’est que l’un des grands chefs de cette armée de pillards qui excelle aussi dans les crimes de guerre. Mais peut-on inculper Soro et laisser Ouattara en liberté ? Pas du tout, puisqu’il est le chef suprêmes des Frci. C’est d’ailleurs lui qui a créé cette armée depuis son refuge volontaire du Golf hôtel au plus fort de la crise postélectorale. Peut-on dire que le Président Gbagbo est l’auteur des prétendus crimes qu’on lui reproche aujourd’hui ? Pas du tout. Car ce n’est pas lui-même qui allait sur le théâtre des opérations. Mais chaque chose a son temps.et le temps de Ouattara et ses hommes viendra.

G Brence

Source: Le Temps

29/11/2011

Transfèrement à la Yaye: GBAGBO récuse la CPI


Justice : Transfèrement à la Haye - Gbagbo récuse la CPI
mar, 29 nov. 2011 - 14:08 Catégorie:

Régional News

Le Président Laurent Gbagbo lors de la visite des Elders à Korhogo.
Le Président Laurent Gbagbo lors de la visite des Elders à Korhogo.

Publié le mardi 29 novembre 2011 | L'Inter - Le transfèrement de l`ancien chef de l’État ivoirien à la Cour Pénale Internationale (CPI) est loin d`être un acquis, si l`on s`en tient aux

confidences de ses avocats. De sources proches de ses conseils juridiques, l`ex-président Laurent Gbagbo est déterminé à se battre envers et contre tout pour réclamer son droit constitutionnel à être jugé sur le sol ivoirien. Voici à ce propos ce que l`ex-chef du régime de la Refondation a confié récemment à ses avocats qui lui ont rendu visite dans sa résidence surveillée à Korhogo. « Le président de la République que je suis a des compte à rendre aux Ivoiriens qui m`ont élu en 2000. J`ai des comptes à rendre à mon peuple, et non à la communauté internationale et à leur justice. J`ai confiance en la justice ivoirienne. C`est elle qui doit me juger, et c`est à elle et elle seule de me condamner si je suis coupable, ou de m`acquitter si je suis déclaré innocent. Je veux que la vérité, quelle qu`elle soit, éclate en Côte d`Ivoire, dans mon pays, même si elle me dessert», a rapporté l`un des avocats de l`ancien chef de l’État ivoirien. Selon le juriste, Laurent Gbagbo a fait le parallèle entre la situation en Libye et le cas ivoirien. « Si les Libyens ont écarté la Cour Pénale Internationale et ont décidé que Saïf El Islam (le fils de l`ex-Guide libyen Muammar Kadhafi, ndlr) soit jugé sur leur sol, pourquoi pas nous?», s`est interrogé l`ex-numéro un ivoirien. Sur la nécessité de juger le chef de la Refondation sur le territoire ivoirien, ses conseils juridiques ont adopté une ligne de défense nationaliste qui vante les qualités et les mérites de l`appareil judiciaire national. «La Côte d`Ivoire est un État qui a une magistrature solide. Les Ivoiriens ont confiance en leur justice et en leurs juges. Que les autorités mettent en place donc la Haute Cour de Justice, seule institution nationale devant laquelle est justiciable le président Laurent Gbagbo, et que le pouvoir laisse les magistrats travailler. Le président Laurent Gbagbo a assuré qu`il se soumettra à la décision des juges ivoiriens», mettent en avant les juristes du détenu le plus célèbre de Côte d`Ivoire. Pour l`un des avocats de l`ex-chef de l’Exécutif ivoirien que nous avons joint hier au téléphone, la question que les Ivoiriens, et par-delà eux, les Africains et tous les défenseurs de la souveraineté des peuples devraient se poser, est la suivante: «Pourquoi M. Ouattara tient-il tant à transférer le président Gbagbo à la Cour Pénale Internationale?». Selon ce praticien du Droit, la réponse est simple. «Alassane Ouattara veut écarter le président Laurent Gbagbo du débat politique national. Il croit que si Gbagbo est transféré à la Cour Pénale Internationale, il pourra diriger la Côte d`Ivoire en roue libre. Or M. Ouattara fait une grave erreur d`appréciation, puisque le transfèrement de Gbagbo à la CPI va faire plus de mal que de bien à la Côte d`Ivoire», argue ce juriste. Selon la presse hexagonale, lors de son récent séjour à Bruxelles, le président Alassane Ouattara a rencontré «discrètement» à Paris, le Procureur de la Cour Pénale Internationale, le Magistrat argentin Luis Moreno-Ocampo pour discuter des modalités de transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye.

Anassé ANASSE