topblog Ivoire blogs

02/03/2015

URGENT-URGENT-URGENT/ MOUVEMENT DE GRÈVE A MAN-Cours arrêtés dans la ville


Grève, mouvement d'élèves, écoles secondaires publiques et privées, Man
Les cours viennent d'être arrêtés (depuis 09 heures) dans le secondaire général public et privé dans toute la ville de Man ce jour 03 Mars 2015. Et pour cause, un mouvement massif d'élèves partis du Lycée Moderne a délogé le reste des établissements publics et privés pour des raisons qui restent généralement inconnues. Car si certains disaient (la majorité) :" On ne sait même pas pourquoi on nous a délogé", d'autres avançaient ne pas comprendre l'attitude des enseignants du public en grève et qui dispensent des cours dans le privé.

Grève, mouvement d'élèves, écoles secondaires publiques et privées, ManEn entendant de recueillir de précises informations un peu plus tard, un constat s'impose; pas de cours dans tous les établissements de la ville de Man ce jour sauf au Lycée Professionnel où les responsables de l'établissement ont pu raisonner les grévistes.

05/11/2013

SYNDICALISME- ISEF / LA DESILLUSION !



GREVE2.jpgLes Enseignants du secteur Education-Forma tion, à travers leurs différents syndicats, négociant avec le gouvernement d’alors dirigé en 2007 par SORO KIGBAFORI, premier ministre sous le PR Laurent LAURENT GBAGBO et actuel président de l’Assemblée Nationale ont obtenu sur papier (succinctement résumé);
-la révision et la correction de leur profil de carrière
-le réajustement et la réparation dans la chronologie des grades
-l’amélioration des conditions de travail par l’équipement en matériel didactique, de bureaux, de salles spécialisées pour le technique et professionnel
-la bonification indiciaire liées à ces réglages, et la conséquence financière y afférent
-le paiement des sommes dues par l’Etat à certains corps
Et ce, en présence des ministres de tutelle d’alors en occurrence M BLEU LAINE (débutées sous M AMANI NGUESSAN) pour l’Eduction Nationale, M DOSSO MOUSSA pour le Technique et Professionnel, M Hubert OULAI, ministre de la Fonction Publique et sans oublier le « tout puissant » ministre de l’Economie et des Finances M Charles DIBY KOFFI.
Mise en place de l’ISEF
L’ISEF Est l’Intersyndicale du Secteur Education-Formation, c’est le regroupement de presque la majorité des syndicats du secteur pour porter d’une seule voix tous ces acquis (sur papier) devant le nouveau pouvoir afin que la mise en œuvre soit effective. Mais à la surprise générale, M SORO MAMADOU ex Secrétaire du synesci (Syndicat National des Enseignants du Secondaire) et pourtant très en verve contre le pouvoir Laurent GBAGBO ne donne plus de la voix et refuse même de rentrer dans l’ISEF. On constatera plus tard qu’il est l’un des conseillers technique de la ministre KANDIA KAMARA. A ce titre il a pu convaincre certains syndicats de se mettre à l’écart de l’ISEF.
Malgré cette attitude qui frise l’abandon de la lutte, l’ISEF relance les négociations avec le gouvernement ALLASSANE OUATTRA qui entre temps BENECIE EFFECTIVEMENT de l’octroie du PPTE depuis le 27 juin 2011. Le ministre de l’économie et des finances M KOFFI DIBY, dans un jeu de verbes à peine voilé ne « reconnait » pas les accords. Et bonjour les grèves ! Son patron, le « ramène » à l’ordre en lui rappelant que « l’ETAT EST UNE CONTINUITE ».
Ce qui a été fait par les différents gouvernements
Le gouvernement du président GBAGBO a avec réalisme accepté le profil de carrière permettant aux Enseignants de progresser soit par reclassement, soit par concours professionnels (après un minimum de 3 ans de service) dans un autre grade. Mieux les 50% de l’incidence financière avec le rappel y afférent ont étés payés avec seulement moins de la moitié du pays qui travaillait effectivement pour l’Etat. Les Instituteurs ont pu obtenir une prime de logement de 35 000 F. Le paiement des 50% restants à compter du 1 novembre 2009 devraient être payés après l’octroi du PPTE. Après les premiers mouvements de grève largement suivis, 25% des 50%, soit la moitié de l’indice dû a été payée fin mars 2013, selon le calendrier du gouvernement . 2 milliards sur 4 dus aux Instituteurs ont étés payés par le gouvernement DUNCAN.
Ce qui n’a pas été fait
L’ISEF en multipliant les démarches arrache un calendrier de paiement à savoir paiement de 25% fin mars 2013 et le reste fin janvier 2014. Et le rappel partant du 1er novembre 2009 et les 2 milliards restants des ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE? Silence de cimetière !!! Pis, certaines sources bien introduites disent même que ce n’est plus à l’ordre du jour. Pis, les ponctions faites sur les salaires fin mars pour fait de grève n’ont pas étés reversées jusqu’à ce jour et ne le seront plus jamais à entendre d’autres. Par ailleurs, le pseudo comité de négociation entre les Enseignants et le pouvoir n’existe plus que de nom.
Le plus grand groupe des Formateurs redéployés au nord entre 2004 et 2007 n’ont toujours pas perçu leur prime d’incitation et la structure CNPRA (Comité National pour le Redéploiement de l’Administration, dissoute) n’ont jusque là pas perçu cette prime d’au moins 200 000 par fonctionnaire selon le grade.
Des camarades tels que YAVO (Educateur de son Etat), sont encore en prison.
Un mariage contre nature
Mais chose surprenante, le tout bouillant MESMIN COMOE au temps du pouvoir GBAGBO est devenu tout d’un coup « amorphe » et très modéré quant aux mouvements de grève lancés par l’ISEF. Un membre du BEN dira de lui « que ses positions étaient très et même trop modérées lors des rencontres de l’ISEF ». Lorsque son ami SORO MAMADOU, tonitruant sous l’ex pouvoir devenait « muet comme une carpe » parce qu’ayant réussi à se faire nommer le Conseiller le plus influant de dame KANDIA KAMARA, ministre de l’Education Nationale, délaissant et abandonnant leurs camarades Enseignants au plus fort de la lutte.
MESMIN COMOE qui devait lutter pour que l’Instituteur soit sortant du CAFOP perçoive son 1er salaire au plus tard 3 mois après sa prise de fonction est NOYE dans les flots du pouvoir pendant que ses camarades mutés après leur premier poste à Tingréla souffrent en ne percevant leur premier solde au plus tôt 2 ans après s’être embourbés dans des dettes avec les « margouillats » (spécialisés des prêts à usure). Mais le plus surprenant est ce « mariage » contracté à la MUGEFCI entre COMOE et SORO quand on sait que c’est ce dernier qui a tout mis en œuvre pour contrer les grèves de l’ISEF. Alors que le Chef de l’Etat était à un doigt de recevoir le Bureau Exécutif National (BEN) de l’ISEF, pour établir un chronogramme concret de paiement, on apprendra par les médias que le dernier mot d’ordre est levé !!! Pour quelle raison ?
LA BASE GROGNE !
Par ailleurs, des mesures draconiennes sont prises contre l’ISEF et leurs militants. Les précomptes sont supprimés, ce qui prive les syndicats de moyens minimums pour mener leurs activités. Et cela se constate aujourd’hui ; tout est bloqué. Mais grave, « L’ISEF nous a trahi », entendons-çà et là par les Enseignants dans leur grand ensemble qui ajoutent : « Tant que les ponctions n’ont pas été reversées, qu’on ne nous parle plus de grève encor moins de cotisations!».
APPEL
Que la direction de l’ISEF mette tout en œuvre pour se racheter au risque d’enterrer cette noble lutte visant à mettre les Enseignants de Côte d’Ivoire dans de bonnes conditions de vie et de travail pour le bonheur de nos jeunes frères apprenants.

27/08/2013

TRANSPORT/ GREVE DES TAXIS COMPTEURS



grève, taxis, compteurs, côte d ivoire, plateauLes taxis compteurs de Côte d'Ivoire ont garé depuis ce matin du 26 Août 2013 pour au moins 3 jours. Et pour causes!
- taxes de l'Etat très élevées
-concurrence déloyale des taxis banalisés qui ne paient pas les mêmes taxes qu'eux
-racket des forces de l'ordre
Un rassemblement des conducteurs de taxi compteurs a donc eu lieu au Plateau en face du ministère des transports pour, disent-ils dénoncer toutes les "injustices" qu'ils subissent.
Une oreille attentive leur sera t-il accordé ? Attendons de voir !

Abraham Laboriel

16/04/2013

ISEF/POINT DE LA GREVE DU LUNDI 15 AVRIL 2013



Education, grève,Enseignants,élèves,La grève déclenchée par les Enseignants de Côte d'Ivoire regroupée au sein de l'Intersyndicale du Secteur Education-Formation (ISEF) depuis le 8 avril 2013 se poursuit. Et elle a même atteint un degré supérieur avec l'entrée en scène des élèves qui demandent au gouvernement de régler au plus tôt le problème de leur s encadreurs pour qu'ils reprennent les cours. Mais le point culminant de la journée d'hier aura été ce rassemblement à la Tour D au Plateau où un millier d'élèves réclamaient la démission de Dame KANDIA. Visiblement ce fut un véritable camouflet pour la toute bouillante ministre de l'Education Nationale.
Quelques statistiques se suivi de la grève donnés par BLI BLE DAVID, SG de la CEEPPCI (un syndicat du primaire) et actuel président de l'ISEF:
-Enseignement Primaire : 100 %
-Enseignement Technique et Professionnel: 100%
-Secondaire Général :80%
-CAFOP: 100%
Soit un taux moyen de suivi de 96% au plan national.
Education, grève,Enseignants,élèves,Par ailleurs les épreuves physiques (EPS) ont été boycottés. Et plusieurs villes ont connu des manifestations d'élèves avec souvent affrontement avec les forces de l'ordre. Ce sont entre autres:Abidjan Plateau, Yopougon, Agboville (où le SG ABONGA a animé un grand meeting sécurisé par les élèves eux-mêmes), Bouaflé, Soubré...
On note également des arrestations d'Enseignants: le SG de l'UDENCI, professeur au Lycée Moderne de Gagnoa et membre de la coordination de l'ISEF et le SG du Lycée Moderne Amondji au 220 Logements à Adjamé.

15/04/2013

LERTE-ALERTE-ALERTE/ LES ELEVES DE COTE D IVOIRE RECLAMENT LE DEPART DE KANDIA A LA CITE ADMINISTRAVE




Grève, élève, demande, départ, KANDIAL'école ivoirienne est en ébullition. Voici bientôt 2 semaines que les Enseignants ont lancé l 'opération "Salaire coupé-travail coupé". Et cette grève suivie à 90% donne l insomnie à Dame KANDIA dont les soucis viennent d'être augmenté par les élèves eux aussi fatigués par les grèves. Ceux_ci manifestent en ce moment même à la cité administrative à Abidjan Plateau. Ils semblent demandr que leurs encadreurs (les enseignants) soient mis dans de bonnes conditions pour mieux les former.
Pis ils demandent illico le départ leur ministre de tutelle. Affaire à suivre!

14:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grève, élève, demande, départ, kandia