topblog Ivoire blogs

16/04/2013

ISEF/POINT DE LA GREVE DU LUNDI 15 AVRIL 2013



Education, grève,Enseignants,élèves,La grève déclenchée par les Enseignants de Côte d'Ivoire regroupée au sein de l'Intersyndicale du Secteur Education-Formation (ISEF) depuis le 8 avril 2013 se poursuit. Et elle a même atteint un degré supérieur avec l'entrée en scène des élèves qui demandent au gouvernement de régler au plus tôt le problème de leur s encadreurs pour qu'ils reprennent les cours. Mais le point culminant de la journée d'hier aura été ce rassemblement à la Tour D au Plateau où un millier d'élèves réclamaient la démission de Dame KANDIA. Visiblement ce fut un véritable camouflet pour la toute bouillante ministre de l'Education Nationale.
Quelques statistiques se suivi de la grève donnés par BLI BLE DAVID, SG de la CEEPPCI (un syndicat du primaire) et actuel président de l'ISEF:
-Enseignement Primaire : 100 %
-Enseignement Technique et Professionnel: 100%
-Secondaire Général :80%
-CAFOP: 100%
Soit un taux moyen de suivi de 96% au plan national.
Education, grève,Enseignants,élèves,Par ailleurs les épreuves physiques (EPS) ont été boycottés. Et plusieurs villes ont connu des manifestations d'élèves avec souvent affrontement avec les forces de l'ordre. Ce sont entre autres:Abidjan Plateau, Yopougon, Agboville (où le SG ABONGA a animé un grand meeting sécurisé par les élèves eux-mêmes), Bouaflé, Soubré...
On note également des arrestations d'Enseignants: le SG de l'UDENCI, professeur au Lycée Moderne de Gagnoa et membre de la coordination de l'ISEF et le SG du Lycée Moderne Amondji au 220 Logements à Adjamé.

30/01/2013

EDUCATION NATIONALE/La grève de l'ISEF aura lieu !


grève,ISEF,enseignants,parents d'élèves,Les enseignants ont déposé leur préavis de grève auprès des différents ministères de tutelle avec ampliation à la Primature et à la Présidence de la République depuis le 22 janvier 2013.La grève annoncée se tiendra du 4 au 15 février 2013.
Les discussions engagées par le gouvernement et menées par les têtes couronnées, les religieux et les parents d'élèves n'ont pas abouti. Et pourtant les enseignants avaient montré leur bonne fois en acceptant de suspendre leur mot d'ordre qui devait préalablement prendre effet à compter du 7 janvier dernier.
Pour rappel,sachez que les enseignants réclament le paiement effectif de l'effet financier consécutif au nouveau profil de carrière depuis le 1 novembre 2009. La première partie (50%) avait été payée par le gouvernement du PR Laurent GBAGBO. Les 50 % restants ont été conditionnées à l'octroie du PPTE. Celui-ci a été obtenu le 27 juin 2012 mais le gouvernement actuel ne reconnaît pas les arriérés et ne parle que du paiement de 25% de l indice restant.
Le front social rentre donc en ébullition, avec les médecins qui projettent rentre aussi en grève le 4 février

23/12/2012

Menace de grève illimitée/ Kandia Camara aux enseignants: « Les perturbateurs seront arrêtés, jetés en prison et radiés…»




Kandia-capturation-300x194.jpg
Recherche: kandia menace enseignants, propos kandia


En marge des Conseils de gouvernement et des ministres qui se sont tenus les mardi 18 et mercredi 19 décembre 2012, à Yamoussoukro, la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, a échangé avec les différents responsables de l’école venus de Bongouanou, Dimbokro, Bouaflé et Yamoussoukro. La rencontre avec Kandia Camara était axée sur la situation qui prévaut en ce moment au niveau de l’école ivoirienne. Au Lycée Mamie Adjoua où la rencontre a eu lieu, c’est d’un ton ferme que la patronne de l’école ivoirienne s’est adressée à ses collaborateurs. Après les avoir écoutés, madame le ministre a laissé des instructions fermes : «Ce que nous avons interdit à nos élèves, ce sont aujourd’hui des éducateurs qui le font. Nous ne pouvons accepter cela. Nous sommes déterminés à résoudre les problèmes des enseignants à condition que le droit à l’éducation des enfants soit garanti.



Et c’est pour cette raison que je m’en vais vous dire ceci : Vous êtes les premiers responsables de nos structures. Et le Directeur régional doit tout mettre en œuvre pour que l’école fonctionne dans sa direction régionale. A-t-elle exigé avant d’ajouter ceci : «Je suis outrée qu’un chef d’établissement m’appelle, appelle le cabinet pour dire que des enseignants sont allés d’école en école pour déloger les gens. Quelles dispositions a prises le chef d’établissement pour que cela ne soit pas. J’ai eu à le dire, je veux des responsables qui ont de l’autorité. Si vous n’avez pas d’autorité, il sera très difficile d’accomplir notre mission et d’atteindre nos résultats. J’ai besoin des responsables qui sont des leaders. Car cela comptera désormais dans les nominations. Il faut arrêter d’être une majorité silencieuse.




Comment trois individus peuvent-ils venir et déloger toute une école ? Je vous pose la question». A-t-elle interrogé. Concernant les enseignants perturbateurs, Kandia Camara est intraitable : «Le Ministre de l’Intérieur a donné des instructions aux préfets, d’arrêter tous les perturbateurs et de les faire mettre en prison en attendant que le conseil de discipline statue sur leur cas. Nous allons radier tous ceux qui ne veulent pas travailler.




Car si demain, on a de bons Ivoiriens, ce sera grâce aux enseignants mais si nous avons de mauvais Ivoiriens, c’est aussi à cause des enseignants». C’est pourquoi, elle prône la fermeté : «Je voudrais vous demander plus de vigilance et plus de rigueur. Et en même temps, vous demander beaucoup de fermeté. Celui qui ne veut pas travailler, vous nous envoyez son nom et nous saurons ce qu’il faut faire». Joignant sa voix à celle de Kandia Camara, le ministre d’Etat, Dosso Moussa, a appelé les enseignants à un peu plus de patience afin que les différentes revendications trouvent solution au fur et à mesure comme le propose le gouvernement.



JEAN PAUL LOUKOU




11/12/2012

Le front social se met en ébullition : Les enseignants décrètent une grève illimitée



enseignant--greve_0.jpg
Les enseignants ivoiriens en grève. Image d'archives.
Le 11 décembre 2012 par Le Temps - L’Intersyndicale du secteur éducation/formation (Isef), a tenu son Assemblée générale ordinaire le samedi 8 décembre 2013, au Lycée Technique

d’Abidjan. Cette rencontre avec la base avait pour but de faire le bilan de la lutte engagée depuis le 19 novembre 2012, avec la grève qui a paralysé l’école ivoire pendant 5 jours, puis mettre au même niveau d’information, les différentes structures que compose l’Isef. Au sortir donc de cette Assemblée, l’Isef conformément à la lutte engagée, a décidé de décréter une grève de 15 jours à compter du 14 janvier 2013. Selon l’Assemblée, le mot d’ordre est fonction du virement qui sera effectué à la fin du mois de décembre 2012. L’Isef retient que si le virement attendu par l’ensemble des enseignants prend en compte les attentes, l’intersyndicale avisera. Dans le cas contraire, le déclenchement de la grève est immédiat. Les enseignants restent toutefois, confiants et espèrent que le gouvernement actuel ne commettra pas l’imprudence de faire la rétention sur leur salaire. Pour le présidium, la lutte continue jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications. Il demande à cet effet, la mobilisation de la base pour faire échec aux oiseaux de mauvais augures prompts à briser des grèves. Depuis le lundi 19 novembre 2012, à l’initiative de l’ensemble des syndicats du secteur éducation /formation regroupés au sein de l’intersyndicale du secteur éducation/formation (Isef), un arrêt de travail de 5 jours a paralysé l’école ivoirienne. Cet arrêt de travail a été suivi à 100% dans le primaire et l’enseignement technique et professionnel et, à 99% dans le secondaire général. Il a pour objectif de réclamer, le paiement du reliquat de l’indemnité de logement et du rappel y afférent, le paiement de la seconde moitié de la bonification indiciaire et le rappel y afférent. Le paiement du reliquat des effets financiers du profil de carrière des conseillers pédagogiques et conseillers à l’extrascolaire et le rappel y afférent et la dernière tranche du rappel du Cap des sessions 1998 à 1992 d’un montant de quatre (4) milliards. Au regard du succès et du respect du mot d’ordre, l’Isef félicite vivement tous les enseignants de Côte d’Ivoire pour avoir observé comme un seul homme et dans la discipline, cet arrêt de travail de cinq (5) jours. Depuis le dépôt du préavis le 5 novembre 2012, six rencontres ont eu lieu. Les quatre premières étaient des rencontres d’information.

Jean-Baptiste Essis