topblog Ivoire blogs

04/10/2012

GUINEE/Le président CONDE hausse les salaires de 10% après le PPTE


Le PPTE vient d'être accordé à la Guinée Conakry, seulement à hauteur de 75 %. Contrairement à la Côte d'Ivoire qui a eu plus. Mais voici que le sourire est aux lèvres des fonctionnaires guinéens. Et pour cause leur président a consenti un énorme sacrifice en rehaussant les salaires de 10 %.
En Côte d'Ivoire, rien pour les pauvres populations obligées de faire face à hausse du coût de la vie malgré "les pluies de milliards" par ci et par là. Cette expression est pratiquement devenue une chanson.
Quant au ministre de l'économie et des finances, il continue de renier sa propre signature au bas des documents signés avec les syndicats du secteur Education-Formation.
Cette situation restera t-elle en l'état? Les jours à venir nous situeront!

21/08/2012

Terreur sur la Côte d’Ivoire: Neuf personnes arrêtées à Aboisso pour avoir prononcé le nom « Jésus Christ ». Enlèvements et tortures à Divo, Lakota et San Pedro…


Terreur sur la Côte d’Ivoire: Neuf personnes arrêtées à Aboisso pour avoir prononcé le nom « Jésus Christ ». Enlèvements et tortures à Divo, Lakota et San Pedro…

mar, 21 août 2012 - 9:10 Catégorie:Actualités Régional News
Personnes,enlevées,prononcer,Jésus Christ,Aboisso,Côte d(Ivoire
Patrouille des FRCI à Akouedo. Image d'archives.

Publié le mardi 21 aout 2012 | IVOIREBUSINESS – 4 personnes ont été arrêtées dans la nuit de dimanche à lundi 20 août par les FRCI basées à

N’zikro (25 km d’Aboisso), a-t-on appris selon plusieurs sources. 5 autres le seront le lendemain sur dénonciation.
Ces personnes, toutes originaires de la ville et de ses environnants, sont soupçonnées de vouloir préparer un coup d’Etat pour renverser le régime Ouattara. Leur tort, passer par hasard par le poste FRCI de N’Zikro. Selon les FRCI, des cagoules et des bibles ont été découverts sur ces jeunes agnis. Ils concluent que leur cri de combat serait « Jésus Christ », une preuve de leur culpabilité, selon les FRCI.
Pour ces derniers, ce sont des preuves suffisantes car ils auraient déjà entendu lors de l’attaque de Dabou, l’évovation du nom de « Jésus Christ » par les combattants armés non identifiés.
Et selon une révélation biblique circulant sur internet (youtube), il est annoncé avec force détails que des combattants armés non identifiés au cri de guerre « Jésus Christ », changeront la nature du régime en Côte d’Ivoire en 2012.

Le régime prend ces révélations très au sérieux, si bien qu’il est aujourd’hui hasardeux de prononcer le nom de Jésus Christ en Côte d’Ivoire.

Le lendemain, sur dénonciation, 5 autres jeunes Agnis seront mis sous les verrous, portant à neuf le nombre de personnes arrêtées.

TERREUR SUR LA CÔTE D’IVOIRE

Par ailleurs, selon le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des armées (CEMAG), une attaque par un commando de militaires et des policiers était déjouée à San Pedro samedi dernier. De même qu’à Odienné dans la région du Kabadougou, le samedi 18 août 2012.
Au même moment, 10 prisonniers s’évadaient samedi de la prison civile de Korhogo, au quartier Dem.
La terreur s’abat-elle sur la Côte d’Ivoire ?
Assurément oui. Car des cas d’enlèvements et de tortures ont été signalés le week-end dernier à Abidjan, Yopougon, Divo, Lakota, et San Pedro par les FRCI contre les populations civiles, en toute impunité.


Eric Lassale.

17/08/2012

Cote d'Ivoire : Taï attaqué hier par des combattants armés non identifies


Le 17 août 2012 par IvoireBusiness - Selon plusieurs sources, un commando puissamment armé a attaqué hier la ville de Taï, à la frontière ivoiro-liberienne. Plusieurs habitants ont

confirmé avoir entendu des tirs d’armes lourdes et d’armes automatiques sans savoir qui faisait quoi.
La situation sur le terrain était hier des plus confuses, même si le calme semble revenu depuis ce matin dans la ville.
Aucun bilan n’est pour l’instant disponible, ni aucune information précise sur l’identité des assaillants.
Mais nos sources nous font craindre des pertes en vies humaines.

Des armes et des munitions ont été emportées par les assaillants, qui se sont par la suite évanouis dans la nature.

Va-t-on vers un embrasement généralisé de la Côte d’ivoire avec le risque d’une attaque de toutes les villes de la Côte d’Ivoire ? Rien n’est moins sûr. Mais tous les analystes s’accordent à dire que la situation sécuritaire du pays est des plus préoccupantes.
Dans la même journée d’hier, les villes de Dabou et de Jacqueville, situées à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest d’Abidjan, ont été attaquées par des hommes en armes.


Patrice Lecomte