topblog Ivoire blogs

22/09/2012

LOURD BILAN DES ATTAQUES ARMÉES CONTRE LE RÉGIME: 3 morts A PORT BOUËT hier ET 5 FRCI TUES A NOE. DES ARMES ET DES MUNITIONS EMPORTÉES


commissariat.jpgLe commissariat de police du 33e arrondissement de Port Bouët derrière Wharf.
Publié le vendredi 21 septembre 2012 | IVOIREBUSINESS – Hier à Abidjan-Port Bouet entre 21h et 23h (locales et GMT), trois personnes ont été tuées au cours de l’attaque de deux commissariats de police et d’un poste de gendarmerie par le commando invisible aussi

appelé commando beinguiste. Parmi eux, un civil et deux soldats FRCI. Les combattants armés non identifiés ont réussi à prendre la fuite après s’être rendu maître d’un important stock d’armes de guerre et de munitions appartenant aux FRCI.
Mais le ministre de la défense Koffi koffi Paul parle vaguement de trois personnes tuées dans une opération dont le but de s`emparer des armes entreposées dans les commissariats et la gendarmerie.

Tôt ce matin à Noé, localité située à environ 170 km d`Abidjan à l’EST d’Abidjan, à la frontière avec le Ghana, les FRCI ont encore subi de lourdes pertes par le commando beinguiste ou commando invisible, ce qui a obligé le gouvernement à fermer la frontière entre les deux pays dans cette zone très stratégique.
Cinq soldats FRCI ont été tués selon nos sources jointes sur place, et un important lot d’armes de guerre et de munitions a été emporté par les combattants armés non identifiés. Par ailleurs, autant membre du commando n’a été arrêté, lequel a réussi à s’enfuir dans la forêt.
En outre, Le commando invisible ou commando beinguiste lourdement armé ne venait nullement du Ghana.

Mais le gouvernement ivoirien parle lui de « quatre assaillants venus du Ghana tués et cinq personnes arrêtées lors des combats, et d’une situation désormais sous contrôle avec fermeture de la frontière".

Amangoua Jonas, correspondant au Ghana, avec une source crédible jointe sur place

16/08/2012

BILAN DES ATTAQUES DE CE JOUR 16 AOUT A 15H 40 UTC


BILAN A 15H40 UTC

DABOU

Bilan,attaques, DABOU, JacquevilleSituée a environ 45 km d’Abidjan, la ville de Dabou a été attaqué aux environs de 23h Utc par des hommes armés inconnus. Selon les témoignages recueillis auprès des populations et de certains corps habillés de la ville, ils étaient au moins 200 et composés essentiellement de gendarmes, de policiers, de militaires mais aussi et surtout des membres des FRCI (entendez par FRCI, les bandes armées tribales qui avaient porté Dramane Ouattara au pouvoir en avril 2011) les hommes qui ont pris d’assaut la gendarmerie et la prison de la ville.

Bien entraînés, ils ont utilisé le même procédé que lors de l’attaque d’Akouedo : neutralisation de l’armée dite régalienne, récupération de toutes les armes stockées dans ces endroits, libération de 150 prisonniers détenus à la prison civile de la ville et départ avant l’arrivée des renforts.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les combattants ont bel et bien quitté la ville une fois leur besogne accomplie alors il ne faut pas que les gens nous fassent croire que les FRCI les ont repoussé.

En ce qui concerne le bilan de l’attaque, l’on avance le chiffre d’environs 45 frci passées de vie à trépas par ce mystérieux commando invisible qui n’a ce jour formulé aucune revendication à caractère politique. Comme à leur habitude, après le départ des combattants les forces pro Ouattara sévissent aux domiciles des civils avec des arrestations arbitraires.

JACQUEVILLE

La brigade de gendarmerie de la ville a été elle aussi attaqué à l’arme lourde. Le commando invisible a fait comprendre aux gendarmes et militaires ivoiriens qu’il n’avait pas affaire à eux. Apres avoir emporté le matériel militaire qu’il était venu chercher, le commando a réquisitionné le seul moyen d’accès à la ville c'est-à-dire le bac reliant le reste du pays à Jacqueville empêchant l’envoie de tout renfort.
La ville est donc aux mains du commando invisible qui la contrôle totalement.

NB : comme lors de toutes les attaques qu’il a menées à ce jour, la vie des populations civiles n’a jamais été menacée par le mystérieux commando invisible
Malick El Shabazz

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bilan, attaques, dabou, jacqueville

17/07/2012

ALERTE !!! ATTAQUE DANS LES VILLAGES DE GAGNOA-OURAGAHIO.


17.07.2012

Sauvons la région de GAGNOA et sa population.

image gagnoa.jpg


Selon les informations réçues d'un camarade résistant originaire de la région, les villages de la région de GAGNOA précisément aux alentours de MAMA ( village d'origine du Président Laurent GBAGBO) subissent nuitamment des attaques de la part des hommes armés se réclamant des FRCI. Selon la même sources, ces personne, à leur arrivée tiennent toute la population en respect par tes tirs nourris à l'armes de guerre, pillent tous les commerces des villages et dépouillent les paysans de leurs biens.
Il ya 2 semaines de cela c'est le village de GNANZI qui subissait la furie des hommes de Alassane Ouattara, il y a 2 jours, ce fut le tous de GREBO DRAYO et de IZAMBRE. toujours selon la même source, ces hommes armés disent être à la recherche de miliciens pro-gbagbo qui seraient entrain de préparer un coup d'état contre le regime dictatorial et sanguinaire de Alassane Ouattara.
Il y a urgence car selon les informations, toute la région est concernée et tous les villages seraient sur la liste.
Cette série d'agressions semble répondre à l'appel de Banzio Dagobert qui disait " NOUS NOUS ENTRETUONS DANS LE CAVALLY PENDANT QUE GAGNOA EST TRANQUILLE "

Gagame-game Gbohatapêh

Alerte! Attaques dans les villages de Gagnoa!!!


http://africanliberty.ivoire-blog.com/archive/2012/07/17/alerte-attaque-dans-les-villages-de-gagnoa-ouragahio.html