topblog Ivoire blogs

29/06/2012

Transfèrement de Soro à la Cpi: Grosses pressions des Américains sur Ouattara


Philip-Carter-III-300x177.jpg
29 June 2012 @ 17:00
Philip Carter, l’ambassadeur des usa en Côte d’ivoire, et Ouattara, son allié d’hier ne filent plus le parfait amour. Comme on le dit à Abobo, «c’est gâté entre les deux hommes». Le diplomate Yankee reproche à son poulain, une gestion pas démocratique du pouvoir. Ce qui n’est pas fait pour plaire à Ouattara et à son parrain français, nicolas Sarkozy. Très vite, Carter a été classé dans le lot des taupes qui dans l’entourage de Ouattara, était même à couteaux tirés avec jean Marc Simon, anciennement ambassadeur de la France en Côte d’ivoire. en fait plusieurs questions jettent le froid entre les deux. C’est vrai qu’il y a le problème des droits de l’Homme.

Mais il y a aussi cette délicate affaire de la Cpi. Sur ce point, les Américains restent intransigeants, en maintenant de grosses pressions sur le pouvoir. et c’est le confrère confidentiel «La lettre du continent» qui donne l’info. Il mentionne clairement que les Américains seraient en train de pousser le pouvoir ivoirien à livrer des chefs de guerre comme Losséni Fofana et Chérif Ousmane. ils veulent absolument les voir devant cette cour de justice et ce n’est pas tout. L’Amérique demande aussi que Soro, Président de l’Assemblée nationale soit conduit devant cette juridiction au nom de l’équité. Il est clair que tous ces chefs de guerre ont été cités dans des crimes de guerre en Côte d’ivoire. Loss, comme l’appellent ses soldats, a pratiquement fait un nettoyage ethnique dans la région de l’ouest.

Les témoignages sont bien clairs là-dessus. C’est le même cas pour Chérif Ousmane, l’ange exterminateur de l’ouest et de Yopougon. Ses hommes ont aussi commis des crimes de masse dans cette commune. Quant à Soro, il n’est que l’un des grands chefs de cette armée de pillards qui excelle aussi dans les crimes de guerre. Mais peut-on inculper Soro et laisser Ouattara en liberté ? Pas du tout, puisqu’il est le chef suprêmes des Frci. C’est d’ailleurs lui qui a créé cette armée depuis son refuge volontaire du Golf hôtel au plus fort de la crise postélectorale. Peut-on dire que le Président Gbagbo est l’auteur des prétendus crimes qu’on lui reproche aujourd’hui ? Pas du tout. Car ce n’est pas lui-même qui allait sur le théâtre des opérations. Mais chaque chose a son temps.et le temps de Ouattara et ses hommes viendra.

G Brence

Source: Le Temps

27/06/2012

Les Camerounais réagissent aux mensonges d’Etat de Dramane Ouattara: LA DÉCLARATION DE DRAMANE OUATTARA EST UNE INSULTE POUR LE CAMEROUN


katinan1_2.jpg
Tweet
mer, 27 juin 2012 - 6:57 Catégorie:Diaspora

Koné Katinan Justin.

Le 27 juin 2012 par IVOIREBUSINESS - Je ne sais pas si Monsieur BIYA est au courant de ce qu’a raconté Ouattara Dramane au sujet du Cameroun à sa descente d’avion le lundi 25 juin 2012 à son retour de France. En tout cas cette déclaration fait

grand bruits ici au milieu de la diaspora camerounaise de France.
“…Effectivement, Katinan Koné réside au Cameroun. Il a fait des déclarations et des prises de position qui sont contraires au statut des réfugiés qu’il semblait avoir sous des noms différents qui m’ont été communiqués par les autorités camerounaises. Il est donc actuellement recherché par les autorités camerounaises. Le président BIYA et moi même sommes en contact pour essayer de régler cette affaire. Je préfère ne pas en dire plus” tel est la réponse de Dramane Ouattara lorsqu’on lui a posé la question concernant l’arrestation du ministre Koné Katinan.
Fiers combattants africains, j’ai eu pitié pour l’Afrique certainement comme vous lorsque vous avez lu cette déclaration à la fois mensongère et dénuée de tous les sens liés à la raison, mais qui cependant est une déclaration digne d’un novice politique qui n’a aucun autre langage que celui de la violence et la manipulation. Le Ministre KONE Katinan n’est pas au Cameroun selon les mêmes autorités camerounaises et les proches du ministre. Cette déclaration m’a vraiment paru dénuée de bon sens et raisons dans la mesure où Dramane Ouattara fait comme si c’est lui qui donnait des ordres aux autorités camerounaises et plus particulièrement à monsieur BIYA.Il agit comme un donneur de leçons qui apprend aux camerounais le fonctionnement du droit des réfugiés politiques.
L’autorité camerounaise n’est-elle pas assez mature pour savoir quand un réfugié politique fait des déclarations et des prises de position qui sont contraires au statut des réfugiés ou bien Dramane veut la rendre mature?
Une personnalité comme le ministre Koné KATINAN peut-elle vivre dans un pays comme un vulgaire bandit de grand chemin au point de demander l’asile politique avec plusieurs identités comme l’affirme ce menteur?
C’est une insulte au Cameroun, le tyran Dramane veut ridiculiser le Cameroun en mentant dans sa déclaration qu’une personne ait pu obtenir le statut de réfugié sous plusieurs identités sans que les autorités ne s’en aperçoivent.
Les autorités camerounaises devront s’indigner contre cette autre forme de diplomatie archaïque que veut lui imposer Dramane et rétablir le respect qui existe depuis bien longtemps entre le Cameroun et la côte d’ivoire. Que Dramane sache que la priorité pour lui est de réconcilier ce pays que lui même avait divisé. Que BIYA n’oublie pas que Ouattara est celui par qui toute chose finit par la destruction et la mort.
Que Dieu bénisse l’Afrique

Thierry MBEPGUE

26/06/2012

Attaque de l’ouest de Côte d’Ivoire: La vérité sur cette rébellion que Ouattara veut cacher



soldats.gif
Le régime d’Alassane Dramane Ouattara fait croire à l’opinion nationale et internationale que les exactions et autres attaques fréquentes perpétrées à l’Ouest de la Côte d’Ivoire sont le fait des pro-Gbagbo. Le pouvoir a de sérieux problèmes de sécurité et même de rébellion qu’il cache à la population, préférant distraire l’opinion en accusant le Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo en prison à la Cpi.

En effet, selon un message internet que nos services ont intercepté, une rébellion est née des rangs des forces armées mises en place par Ouattara depuis des années pour l’aider à conquérir le pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire. Et frustrés pour n’avoir pas eu gain de cause après l’accession au Palais présidentiel de leur mentor d’hier, des anciens fidèles éléments des Forces nouvelles (FN) se rebellent encore, mais cette fois, contre lui-même Ouattara. Ils sont en colère. Contre Alassane Dramane Ouattara. Contre Dominique Ouattara. Contre leurs frères d’armes des FRCI. Contre les forces étrangères des Casques bleus, de la Licorne, de l’Ecomog. Et leur colère a franchi la frontière jusqu’à aller opérer des enlèvements parmi les soldats de la Mission des Nations unies pour le Libéria (Minul). Parce que c’est la Minul qui soutient l’Onuci en cas de difficulté et se sont les Mi-24 de la Minul qui viennent bombarder les positions des soldats de cette rébellion dans la zone de Taï et toute la zone Ouest. Selon ce message, un homme, certainement le commandant de cette rébellion, «Je suis beaucoup occupé ces derniers temps à cause de la conquête de l’Ouest. J’ai plusieurs hommes qui ont été arrêtés par le gouvernement libérien entre la zone de TAI et de GBINTA (Liberia). Malgré tous cela, j’ai toujours le contrôle de l’Ouest. Les 41 personnes qu’on a arrêtées et qu’on attribue à BLE GOUDE sont mes hommes. Je ferai des déclarations sur RFI et BBC plus tard, afin que toute la communauté internationale sache que ce n’est pas le FPI qui est responsable de tout ce qui se passe, mais plutôt le gouvernement de Dramane sait depuis bien longtemps qui sont les auteurs de ces attaques et ces grandes menaces de déstabilisation de son régime. C’est pour cela que ce régime au pouvoir n’ose pas révéler leurs vraies menaces car ce groupe armé de règlement de comptes est dénommé le MRDCI (Mouvement de Redressement de la Démocratie en Côte d’Ivoire), créé au paravent par le général IB. Et le MRDCI a des alliés puissants. Nous, on ne s’attaque pas aux civils, on frappe les FRCI, les casques bleus et tout autres soldats ennemis. On ne s’attaque pas aux civils. Ce sont les FRCI qui, dans leur panique ou méchanceté, tuent les pauvres paysans. Dramane sait cela, mais il préfère accuser le FPI… » Selon le confrère Xinhua, « Les autorités policières ivoiriennes ont réceptionné samedi (23 juin 2012) à Pékan-Barrage (département de Toulépleu, ouest) 41 Ivoiriens arrêtés au Liberia et extradés pour leur implication dans les violences post-électorales en Côte d`Ivoire en 2010 et 2011, selon une source militaire locale.Ces Ivoiriens, en détention dans la ville de Zwedru (sud-est), ont été convoyés à Toe`s Town (450 km plus au nord) d`où ils ont rejoint par la route le premier village ivoirien frontalier avec le Liberia, sous escorte de la Mission de l`Onu au Liberia (Minul) et de la police. ». Ces personnes seraient donc de la rébellion que Ouattara s’est offerte par sa politique, le MRDCI. Mais ces arrestations pourront-elles mettre fin à une rébellion solidement constituée contre le régime d’Abidjan ? Pour sûr, Ouattara a fort à faire. Il a voulu cacher aux Ivoiriens et au monde, qu’il lutte contre sa propre rébellion. C’est chose faite.
Un rapport de Towey Robertson

L’oeil de Taï

22/06/2012

Ouest ivoirien : Le grand ratissage FRCI-ONUCI tourne au fiasco. Le Commando beinguiste maintient ses positions


Ouest ivoirien : Le grand ratissage FRCI-ONUCI tourne au fiasco. Le Commando beinguiste maintient ses positions

jeu, 21 juin 2012 - 10:02 Catégorie:Régional News
COMMANDO1_4.jpg
Combattant armé non identifié.
Le 21 juin 2012 par IVOIREBUSINESS – Le grand ratissage annoncé par le gouvernement Ouattara à l’Ouest ivoirien pour neutraliser les hommes du Commando beinguiste a tourné au fiasco, avec à la clé, de lourdes pertes

côté FRCI-ONUCI. Selon une source très crédible, des morts dont le nombre est soigneusement tenu secret, et une centaine des blessés sont à déplorer.
Le Commando Beinguiste, dans un communiqué dont IvoireBusiness a eu copie, a déclaré que le Vovodou était toujours au niveau 5 et que ses hommes maintenaient toujours leurs positions à l’Ouest notamment dans les villes de Para, Meka, Taï, Grabo.
La volonté hégémonique du régime Ouattara sur l’Ouest est donc un cinglant échec. La vraie source d’insécurité à l’Ouest sont les mercenaires burkinabé non payés à ce jour par le régime Ouattara, les hommes du chef rebelle Amadé Ouremi, les coupeurs de route, et les Dozos qui s’emprennent aux populations civiles et à leurs biens. Le Commando beinguiste dans son communiqué, a déclaré s’en prendre exclusivement aux FRCI et à ces bandes armées sanguinaires, dans le but d’opérer une offensive éclair sur Abidjan afin de faire tomber le régime.
Selon l’agence de presse XINHUA, six assaillants présumés dont deux Libériens et quatre Ivoiriens ont été arrêtés au cours d’un ratissage de l’armée dans la zone frontalière ouest du pays, a annoncé mardi soir la télévision ivoirienne.
« Les six individus seront mis à la disposition de la gendarmerie pour nécessité d’enquête, et cela permettra à la justice de faire la lumière sur ce qui s’est passé à Para (ouest) », a indiqué le colonel Moussa Chérif, un officier des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).
Le ratissage dans la zone frontalière ouest est une action conjointe des forces de sécurité ivoiriennes, des forces libériennes appuyées par les Casques Bleus de l’ONU.
Le Commando Beinguiste informe qu’aucun de ses hommes n’a été pris ou arrêté par cette offensive gouvernementale FRCI des hommes du Commandant Losseni, soutenus par l’ONUCI.
Selon une source, l’hôpital de Daloa aurait reçu 89 blessés graves FRCI avant-hier à la suite de la tentative de ratissage de l’Ouest.
Nous y reviendrons.

Serge Touré

Tribunal aux armées de Paris: Le Président Gbagbo porte plainte contre Nicolas Sarkozy et la force Licorne


Tribunal aux armées de Paris: Le Président Gbagbo porte plainte contre Nicolas Sarkozy et la force Licorne

ven, 22 juin 2012 - 9:51 Catégorie:Actualités
sarkozy_0.jpg
Nicolas Sarkozy et son ami Alassane Ouattara lors de l'installation de ce dernier en mai 2011 à Yamoussoukro.
Le 22 juin 2012 par IVOIREBUSINESS – Selon l’agence France Presse (AFP), l’armée française va devoir s’expliquer devant la justice française sur les actes de guerre commis contre le gouvernement du Président Laurent

Gbagbo durant la crise post-électorale en Côte d’Ivoire.
En effet, le Président Gbagbo a instruit ses avocats français de porter plainte contre l’armée française devant les juridictions françaises.
C’est la raison pour laquelle, Me Jacques Verges, Roland Dumas et Marcel Ceccaldi, ont porté plainte devant le Tribunal aux armées de Paris contre l’armée française et son ex-Président Nicolas Sarkozy, pour tentative d’assassinat du Président Laurent Gbagbo, de son épouse Simone Ehivet, de son fils Michel Gbagbo, et de tous ses proches présents avec lui à la résidence présidentielle, durant les bombardements de cette dernière par la Force Licorne.
Cette plainte a été déposée auprès du tribunal des armées de paris le 05 juin dernier, et un juge d’instruction a été nommé à cette fin, pour suivre le dossier qui s’annonce des plus volumineux.
L’ex-Président français Nicolas Sarkozy sera entendu sur le rôle joué par lui-même et la France durant cette douloureuse période de l’histoire de la Côte d’Ivoire, où le monde entier éberlué a vu des hélicoptères de guerre français bombarder la résidence d’un chef d’état africain, sans aucune résolution d’ ONU, et au mépris de l’indépendance et de la souveraineté de la Côte d’Ivoire.

Catherine Balineau