topblog Ivoire blogs

26/12/2013

HOMMAGE A GNOGBODJI POKOU




Hommage, Gngbodji, Pokou, footballeur,Dougroupalegnoa, GagnoaNOTRE « STAR » DU FOOTBALL VIENT A JAMAIS DE RANGER LES CRAMPONS. POUR UNE STAR, C’EST EN ETAIT UNE, FUT –IL A L’ECHELLE CANTONALE PACCOLO DE LA SOUS PREFECTURE DE DOUGROUPALEGNOA DANS LE DEPARTEMENT DE GAGNOA. GNOGBODJI POKOU POUR LES INTIMES ET SPORTIFS, ET A L’ETAT CIVIL GNAHOUA GNEGBODJI ANTOINE, LA CINQUANTAINE REVOLUE EST DECEDE EN FRANCE ASSIS DEVANT SA TELE. S’TAIT-IL SIGNALE MALADE AUX PARENTS AUPARAVANT ? « NON, A AUCUN MOMENT, JE N AI APPRIS QU’IL EST MALADE », NOUS REPONDIT GNAHOUA OKOU, SON FRERE AINE VIVANT EN FRANCE AVEC LUI. POKOU VIENT DE REJOINDRE SES ANCETRES CE SAMEDI 21 DECEMBRE 2013 DANS VILLAGE NATAL A DOROUBE (DOUGROUPALAGNOA).
UN FOOTBALLEUR NE !
LE SOBRIQUET « POKOU » N’EST CERTAINEMENT PAS ETRANGER AUX SPORTIFS IVOIRIENS. GNOGBODJI L’A HERITE DU CELEBRE FOOTBALLEUR LAURENT POKOU, L’HOMME D’ASMARA, VU QUE CE GARÇON AVAIT LES MEMES QUALITES TECHNIQUES QUE L’ANCIEN ELEPHANT. DE LA GENERATION DES YOUSSOUF FOFANA, IL ARRETA SES ETUDES EN CLASSE DE 3E POUR SE CONSACRER AU FOOTBALL. IL AVAIT TOUJOURS UNE TENUE DE SPORT SOUS SON UNIFORME KAKI DE SORTE QU’IL N’HESITAIT PAS A SE LANCER DANS N’IMPORTE MATCH QUI SE PRESENTAIT A LUI DANS LA GRANDE COMMUNE DE YOPOUGON OU IL ETAIT CONNU. A LUI SEUL, GNOGBODJI POKOU QUI AVAIT LE FOOT DANS LE SANG, POUVAIT CHANGER LA PHYSIONOMIE D’UN MATCH. POLYVALENT A SOUHAIT, IL SE SENTAIT PLUS A L’AISE AU POSTE D’AVANT CENTRE (10) POUR FAIRE MARQUER SON FRERE ET AMI RABE TAGRO DANS L’EQUIPE DU VILLAGE PENDANT LES GRANDES VACANCES. TECHNIQUE, ENDURANT ET PHYSIQUE, TOUT SE RETROUVAIT DANS CET ATHLETE HORS PAIRE DE PLUS DE 180 CENTIMETRES.
DES TALENTS GACHES
MALGRE SES GRANDES QUALITES DE FOOTBALLEUR, POKOU NE GOUTERA JAMAIS A LA JOIE DU PROFESSIONNALISME. IL N A MEME PAS PU JOUER LE CHAMPIONNAT NATIONAL. ET POURTANT CE NE SONT PAS LES CADRES CAPABLES DE L’AIDER QUI MANQUAIENT DANS LE VILLAGE. « IL AVAIT UN IMPORTANT TEST AVEC L’AFRICA SPORT ET UNE FOIS AU VILLAGE LA SEMAINE PRECEDANT CE CAPITAL RENDEZ-VOUS, IL N’EN REVIENDRA PLUS JAMAIS POUR Y VIEILLIR», ENTENDAIT-ON ÇA ET LA.
SA SŒUR AINEE QUI ETAIT DEJA EN FRANCE DANS LES ANNEES 70 SE SERA BATTUE COMME UN BEAU DIABLE POUR L’ENVOYER JOUER DANS UN CLUB DE L’HEXAGONE MAIS EN VAIN. « POKOU EST ALLE EN FRANCE MAIS A ETE RAPATRIE DES SON ARRIVEE A L’AEROPORT… », TEMOIGNE DOBE SYLVAIN, SON PLUS JEUNE COEQUIPIER DE L’EQUIPE DU VILLAGE. MAIS AU-DELA DE SON SEUL CAS, C’EST TOUTE UNE GENERATION DE TALENTUEUX FOOTBALLEURS (DE 1980 A 1995) QUI AURA PASSE SANS QU’UN SEUL N AILLE MONNAYER SON TALENT AILLEURS EN EUROPE. ET POURTANT CE NE SONT PAS DE GRANDS TALENTS QUI MANQUAIENT. C’ETAIT ENTRE AUTRES ADJI OTEME DIT BATOURE, LEG DJOUL, RABE TAGRO, KOUDOU DESIRE, BAZO, JO BLE (MARCO DE DOUGROU), KOUDOU DOBE (WOODITY KOUDOU), LA LISTE N’EST PAS EXHAUSTIVE.


MYSTERIEUSE MORT !
POKOU N’A PAS ETE MALADE. IL EST MORT ASSIS DANS SON FAUTEUIL REGARDANT LA TELEVISION. C’EST LA QUE L’A TROUVE SA CONJOINTE REVENANT DU TRAVAIL. C’EST TOUT CE QUE NOUS SAVONS.
« COMMENT QUELQU’UN QUI N’A PU BENEFICIER DE SON IMMENSE TALENT DE FOOTBALLEUR ET QUI PARTIT EN FRANCE SEULEMENT DANS LES ANNEES 2000 COMME AVENTURIER PEUT Y LAISSER LA VIE SANS AUCUN BIEN !? », S’INTERROGEONS-NOUS TOUJOURS.
HOMMAGE
PENDANT PRES ANS 15 ANNEES DE FOOTBALL, POKOU A MIS DU BAUME AU CŒUR DES RESSORTISSANTS DU VILLAGE ET MIEUX DU CANTON PACCOLO. IL SUFFISAIT QU’ON DISE QUE POKOU JOUE TEL OU TEL MATCH POUR QUE DES VILLAGES ENTIERS SE DEPLACENT POUR SUIVRE LE SPECTACLE, RIEN QUE LE SPECTACLE. PASSES A L’AVEUGLETTE, JEUX DE REINS, ACCELERATIONS ET FRAPPES SOURDES ARRACHAIENT DES OVATIONS AUX SPECTATEURS A CHAQUE FOIS QUE POKOU TOUCHAIT AU BALLON.
COMBIEN DE TROPHEES A –IL REMPORTE POUR LE VILLAGE ? DIFFICILE DE LES COMPTER ! JE ME SOUVIENS DE CETTE DEMI-FINALE EN 1983 CONTRE DOGBALILIE PENDANT LAQUELLE POKOU A MIS TOUT LE MONDE D’ACCORD SUR SON FOU TALENT. MIS A L’ECART LE JOUR DU MATCH, CAR DISAIT-ON : « IL EST SORTI DE LA MISE AU VERT SANS PERMISSION », ON FUT OBLIGE D’ALLER CHERCHER POKOU CAR DOROUBE ETAIT MENE PAR 1 BUT A 0 DEPUIS LA PREMIERE MI-TEMPS ET L’EQUIPE NE SE RETROUVAIT PAS DU TOUT. MAIS UNE FOIS LE « PHENOMENE » SUR LE TERRAIN, LE MATCH CHANGEA DE COULEUR. AU POSTE D’AVANT CENTRE POKOU FIT VOIR DE TOUTES LES COULEURS L’EQUIPE ADVERSE QUI S’INCLINA FINALEMENT SUR LE SCORE DE 2 A 1 EN NOTRE FAVEUR. POKOU ETAIT PORTE EN TRIOMPHE.
Hommage, Gngbodji, Pokou, footballeur,Dougroupalegnoa, GagnoaOUTRE LES QUALITES DE FOOTBALLEUR, POKOU ETAIT AUSSI TRES SYMPATHIQUE. LA JOIE, LA BONNE HUMEUR MAIS AUSSI LA BONNE NOURRITURE ETAIENT DU QUOTIDIEN DE POKOU.
POKOU ETAIT AUSSI TRES bon danseur. Il avait vraiment tout dans les jambes. Il pouvait exécuter tous les pas d’ALOUKOU, de GBEGBE ou de ZAGLOBI dès qu’une manif était organisée. Il l a même prouvé à plusieurs reprises en France.
Retrouve en paix tes ancêtres cher aîné !!!

Abraham RABE

Commentaires

Je lis ton Hommage à mon ainé Gnahoua Gnogbodji Antoine dit POKOU, mon cher frère Abraham Laboriel Rabé et j'ai si mal que je ne sais à quel saint me vouer; Si ce n'est dire que trop de talents de ce village sont restés dans le néant et on ne sait pourquoi. Tu les as cité et j'en fais partie mais je voudrais dire par la même occasion que le destin en a décidé ainsi. On est un petit nombre à avoir jouer le championnat national ivoirien mais nous sommes passés inaperçus comme bien d'autres. Pour revenir à mon ainé Pokou, c'était tout simplement un artiste tellement il savait tout faire: danse, chasse, pêche, comédie sans oublier le football qu'il pratiquait avec maestria mais dans aucun il n'a fait de son métier aucun et c'est finalement ici en France qu'il s'est retrouvé en début des années 2000 pour y perdre la vie de façon stupide et mystérieuse. DIEU en aura décidé ainsi et je sais déjà que tout le village, non que dis je, tout le canton lui a rendu hommage. Un hommage mérité et auquel j'aurais aimé participer mais dommage que j'ai pas pu effectuer le déplacement. Mais sachez que j'étais de coeur et d'esprit avec vous durant cette période et cette épreuve difficile.
Merci mon petit Abraham Laboriel Rabé et que DIEU nous garde.

Écrit par : Marcellin KOUDOUGNON | 26/12/2013

merci l,orateur pour ce vibrant hommage à non seulement un très cher qui ne reviendra plus,mais aussi à tout le village.cher grand-frère,sois en saluer et remercier....que dieu te benisse.

Écrit par : hugues landry gnodo | 30/12/2013

Les commentaires sont fermés.