topblog Ivoire blogs

18/04/2013

ISEF/MOTION DE PROTESTATION




18-04-2013
ISEF.jpg
Vu la loi 2000-513 du 1er août 2000 portant constitution de la République de Côte d’Ivoire en son article 18 qui consacre le droit syndical et le droit de grève aux Travailleurs des secteurs public et privé ;

Vu la loi 92-570 du 11 septembre 1992 portant statut général de la Fonction Publique et la loi 95-12 du 15 janvier 1995 portant Code du travail ;

Vu le protocole d’accord du 02 décembre 2009 entre le gouvernement de Côte d’Ivoire et les syndicats des enseignants;

Vu les engagements de l’Etat contenu dans ledit accord qui stipule d’une part que les 50% restant des effets financiers du reclassement et de la bonification indiciaire devaient être payés dès l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, et d’autre part que le stock des arriérés dus depuis novembre 2009 doit être payé selon les disponibilités de l’Etat ;

Vu le mutisme du gouvernement devant les nobles revendications des enseignants regroupés au sein de l’ISEF ;

Considérant qu’en pareille circonstance le gouvernement est dans l’obligation d’engager des discussions franches avec l’ISEF;

Considérant que le gouvernement a choisi la voie de la répression au lieu de rechercher des solutions consensuelles aux préoccupations posées ;Les enseignons de Côte d’Ivoire :

- Dénoncent avec la dernière énergie les agissements barbares et contre-productifs du gouvernement ;
- Exigent du gouvernement le règlement définitif des problèmes soulevés par les enseignants regroupés au sein de l’ISEF. Il s’agit:

1. Du paiement des 25% restant des effets financiers de la bonification indiciaire;

2. Du paiement des 25% restant des effets financiers du reclassement des conseillers du préscolaire, du primaire et des enseignants du secondaire général, technique, professionnel et assimilés ;

3. Du paiement de la dernière tranche du rappel de CAP des sessions 1988 à 1992 d’un montant de quatre (04) milliards ;

4.Du paiement des arriérés de l’indemnité contributive aux logements des instituteurs ;

5. Du paiement des arriérés des effets financiers de la bonification indiciaire des instituteurs ;

6. Du paiement des arriérés des effets financiers du reclassement des conseillers du préscolaire, du primaire et des enseignants du secondaire général, technique, professionnel et assimilés ;

7. Du reversement immédiat des ponctions faites en pleine négociation sur les salaires des enseignants en mars 2013;

8. Du reversement immédiat des cotisations des organisations syndicales ;

9. De la levée de la suspension des précomptes au profit des organisations syndicales ;

10.De l’arrêt immédiat des mutations arbitraires et autres sanctions et menaces à l’encontre des enseignants syndicalistes;

11.De l’arrêt des poursuites judiciaires et la levée des condamnations des enseignants
syndicalistes ;

Fait à Abidjan, le 18 Avril 2013

Pour l’ISEF

Le Président

BLI BLE David
Secrétaire Général de la CEEPPCI

18/04/2013
COMMUNIQUE ISEF N°002

Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes font état d’une rencontre entre la direction de l’ISEF et le Président de la République de Côte d’Ivoire.

La Direction de l’ISEF tient à affirmer qu’il n’en est rien.

Toutefois, la Direction de l’ISEF porte à la connaissance de tous les enseignants de côte d’Ivoire, l’opinion nationale et internationale que le Gouvernement, après avoir lamentablement échoué dans sa répression tous azimuts (confiscation et suspension des cotisations syndicales, ponctions salariales, arrestations arbitraires et condamnations des enseignants, militarisation des établissements scolaires et toute autre forme d’intimidations orchestrées par les Préfets, Sous-préfets, IGEN, DREN, Chefs d’Etablissement et IEP), distille dans le corps social des rumeurs qui s’inscrivent dans une stratégie de démobilisation des Enseignants en lutte.

D’ailleurs, le camarade OUSSOU Jules, Coordonnateur ISEF DALOA a été arrêté et est détenu à la Brigade de Gendarmerie de DALOA.

De même dans cette logique répressive, des informations concordantes font état de ce que des ponctions sur les salaires du mois d’avril seraient déjà programmées.

Face à toutes ces manœuvres, l’ISEF, tout en félicitant les Enseignants pour leur mobilisation sans faille, demande :

- De demeurer mobilisés et vigilants ;
- D’être exclusivement à l’écoute de la Direction ;
- De ne point céder aux menaces et intimidations d’où qu’elles viennent.

Camarades, il n’y a plus de raison de s’arrêter car les ponctions du mois d’avril sont déjà programmées.


CAMARADES, SEULS CEUX QUI LUTTENT GAGNENT.


Fait à Abidjan, le 17 avril 2013


Pour l’ISEF
Le Président
BLI BLE David

Les commentaires sont fermés.