topblog Ivoire blogs

21/02/2013

Audience de confirmation des charges : Les 3 vérités qui vont disculper Gbagbo



gbagbo-cpI2_0.jpg
Le 21 février 2013 par Le Temps - Les 3 vérités qui vont disculper Gbagbo.

«Tu connaîtras la vérité et la vérité t’affranchira», cette phrase biblique tirée du livre de St Jean chapitre 8 au verset 32, pourrait prêter sa sémantique et sa portée, qui font office de maxime universelle, à ce qui est en train de tramer depuis hier à la Cour pénale internationale, à la Haye. Où l’audience relative aux charges de crimes portées contre Laurent Gbagbo est train de se dérouler. Pour cet autre rendez-vous de l’histoire de la belligérance en Côte d’Ivoire, qui se réalise sous la bienveillante attention de toutes les parties, l’on pourrait être tenté de dire que les carillons peuvent enfin retentir l’heure des vérités qui se verront imposées aux différents animateurs de la Cpi et à tous leurs valets. Des vérités implacables et non inextricables que les juges auront l’opportunité d’humecter, eux qui semblent un petit peu coupés des réalités sur Laurent Gbagbo et de la réalité à l’ivoirienne. Une des raisons qui font dire à certains observateurs avisés que la Cpi croit avoir fait une des plus grosses prises du siècle pour sa notoriété, mais elle aura implicitement contribué à la fracture sociopolitique en déportant une personnalité qui incarne un pan important de la société ivoirienne. Mais les juges le réaliseront finalement à leurs dépens. L’histoire telle que présentent les événements qui rythment la vie politique en Côte d’Ivoire, offre parallèlement des réalités qui affranchissent de facto Laurent Gbagbo de toute mêlée.

Vérité 1 : Une détention qui tue la réconciliation

Le 11 avril 2011 marque la fin du régime démocratique de Gbagbo et signe le début d’une incertitude politique pour la Côte d’Ivoire. Frappé du souci de rattraper une erreur irréparable commise en emprisonnant Laurent Gbagbo, de surcroît loin de ses terres, le régime a cru bon de mettre sur pied une commission dite de réconciliation. Mais à peine est-elle née que cette commission étouffe et est en train de mourir de sa belle mort. En dépit des campagnes publicitaires qu’animent son président Konan Banny et ses associés à la télévision nationale. Car l’ombre de Gbagbo irradie et annihile tout. En ce sens que les soubresauts de la vie politique ivoirienne, depuis la signature de la fin du pouvoir Gbagbo le lundi 11 avril 2011, sur fond de bombardement, démontrent aisément q’il y a péril en la demeure. Un péril emprunt d’un cachet de troubles et de violations des droits humains de toutes sortes, que Ouattara et ses hommes ont littéralement apposé à tous les pans de la vie sociopolitique, au point qu’aucun observateur avisé n’est dupe de la prétendue normalité que le régime fait miroiter et annonce tambour battant, à coup de multiples discours. Même si au demeurant, les autorités gouvernementales actuelles s’évertuent à masquer cette déconfiture générale, par un cataplasme à coup de multiples allégations, il est cependant plausible d’affirmer que la réconciliation ne se fera aucunement jamais sans la présence de Gbagbo. Comme le corrobore Thomas Fouquet, docteur en anthropologie sociale, qui soutient que le pouvoir d’Abidjan s’est embourbé dans une dynamique qu’il qualifie à juste titre de cosmo-politisation, obligeant les dirigeants à faire de la cécité sur certains points brûlants, qui pourtant déterminent la sûreté du régime et la réconciliation nationale.

Vérité 2 : Les convictions politiques qui contrastent avec les charges

Laurent Gbagbo ne saurait être assimilé à un criminel. Son histoire en Côte d’Ivoire et pour le pays se structure par l’onction populaire, l’instauration de la démocratie, le développement endogène, l’apologie de l’intégration africaine. Bref, une personnalité qui ne saurait faire du crime un programme de gouvernement, tant ses qualités intellectuelles lui servent de boussole et son souci du développement humain a fini par convaincre plus d’un. Comme il l’a si bien indiqué à la page 5 de son ouvrage : Proposition pour gouverner autrement la Côte d’Ivoire, «le programme de gouvernement», adopté par le Congrès de 1994, s’inscrit dans cette nouvelle culture politique où la confrontation des idées est appelée à préserver le pays de l’affrontement entre les hommes. Le projet de société pour fonder une Nation africaine démocratique et socialiste en Côte d’Ivoire. Un passage qui illustre si bien cette invite à la transition pacifique pour toutes alternances, comme le prescrivent tous les postulats démocratiques. Pour ainsi dire, des visions qui contrastent de façon tranchée avec l’attitude réfractaire qu’on lui a greffée et par ricochet avec toute velléité de semer le crime pour se maintenir au pouvoir. Alors que ses contributions intellectuelles par sa production livresque et sa symbiose avec son peuple ne sont plus à démontrer. Une autre vérité qui aura raison de ses détracteurs et même des juges de la Cpi.

Vérité 3 : Une victime expiatoire et non le bourreau de la crise post-électorale

Le documentaire de France 2 sur la Côte d’Ivoire diffusé en France en 2009 puis en Côte d’Ivoire en 2010, l’avait déjà bien étalé. Gbagbo a eu trop tôt le nez creux de revendiquer un développement endogène local en se passant des services de ses anciens maîtres coloniaux. Et de façon précoce, il a été pris dans la spirale de la France-Afrique. Au point de lui coller tous les malheurs du pays en termes de commissions des crimes des plus odieux. Même le livre de Leslie varenne, la guerre d’Abobo, publié le 22 février 2012 aux éditions Fayard/Mille et une nuits, est assez dubitatif sur les accusations du meurtre des 7 femmes d’Abobo et du bombardement du marché d’Abobo qu’on colle au camp Gbagbo. En dégageant la responsabilité pénale des hommes de Gbagbo dans ces massacres, que la Procureure Bensouda vient de requalifier, comme pour faire plaisir à un tiers. Et pourtant, Laurent Gbagbo était sur la défensive face à des agresseurs constitués en rébellion depuis 2002. Pour une crise enracinée depuis le 19 septembre 2002 où la victime (Laurent Gbagbo) est passée pour être le bourreau avant et après 2010. Et comme pour enfoncer le clou par rapport au projet savamment ourdi contre Gbagbo, l’ambassadeur Philipe Carter III, ne croyait pas si bien qualifier ce projet, au cours d’une interview accordée à Rfi, le mercredi 5 décembre 2012. En soutenant que Gbagbo «c’est du passé». N’en déplaise à ceux qui veulent travestir la réalité, comme c’est le cas de l’ambassadeur Carter, mais il y a des vérités qui vont hanter et hantent les esprits. En ce sens, le cas Gbagbo hante le passé, le présent et le futur du régime Ouattara. Son empreinte s’invite à tous les menus.

Marcel Dezogno

19/02/2013

INSOLITE/Il tentait de faire un bébé au cheval




che.jpgLe site américain The Smoking Gun a exhumé des aveux écrits pour le moins surprenant. Arrêté pour d’autres faits, Andrew Mendoza (29 ans) a avoué avoir eu des relations sexuelles des mois plutôt avec le cheval du voisin.


Ce jour-là à Danavang (Texas), Andrew attendait sa petite amie. Il s’est dit que si elle ne l’appelait pas, il ferait son affaire au cheval du voisin. Dans sa déposition, il a expliqué qu’il tentait de faire un bébé au cheval. Il pensait que l’enfant serait un homme-cheval. Il ne cache aucun détail dans ses aveux écrits. En fait, il s’agissait d’une passade zoophile. Selon lui, il n’a plus abusé du cheval par la suite.

Ses aveux lui ont valu quatre mois de détention. Par la suite, sa carrière de criminelle s’est arrêtée brutalement, Andrew Mendoza s’est pendue en prison à la suite d’une arrestation pour comportement indécent avec un enfant. Toute l’histoire et la déposition sur le Smoking Gun.

09:00 Publié dans Zoophilie, animaux tués ou tueurs | Lien permanent |

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : insolite, tentait, bébé, cheval, voisin

18/02/2013

ATTAQUE ARMÉE: LA GUINÉE ANNEXE UN VILLAGE IVOIRIEN (KPEABA). LES POPULATIONS EN FUITE




FRCI_Panneau_CI.jpg
Les militaires guinéens s’emparent d’un village ivoirien (KPEABA) – des populations en fuite.

Depuis le vendredi 8 février 2013, un impressionnant détachement des forces armées guinéennes ( Fag) s’est emparé du village de Kpéaba, situé à une quinzaine de kilomètres de la ville frontalière ivoirienne de Sipilou, à l’ouest de la Côte d’Ivoire, dans le département de Biankouma.
Cette incursion de l’armée guinéenne, en territoire ivoirien est la résultante d’un vieux litige frontalier qui oppose les deux pays. La Guinée revendique son appartenance sur cette terre, malgré un tracé de frontière qui attribue à la Côte d’Ivoire cette enclave qui couvre le village de Kpéaba.
Selon des sources villageoises et sécuritaires, les militaires guinéens tiennent, fermement, actuellement les différentes positions sur les pistes dessertes pour éviter toute riposte de la part des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Ces militaires guinéens qui, selon des sources, attendent des renforts dans les prochains jours en territoire ivoirien, (8 février) s’emploient à consolider leurs positions. En territoire conquis, ils patrouillent, de jour comme de nuit dans le village, exigent des villageois de la nourriture et d’autres besoins. Devant cette situation de quasi occupation, des habitants ont fui en brousse. « Mes voisins et mes cousins ont fui depuis vendredi à l’arrivée des soldats guinéens ici. Ils n’ont pas assez de moyens à donner et pour éviter tout problème, ils ont préféré fuir en brousse.
D’autres personnes ont également fui et actuellement, il n’y a plus assez d’hommes ici dans le village. C’est une occupation inacceptable », nous a confié, très écœuré, un habitant de Kpéaba, originaire de Sipilou.
Les Frci qui y étaient déployées ont opéré un repli tactique avant l’arrivée des soldats guinéens. Ce « repli stratégique » s’explique, à en croire les sources militaires, par la volonté des autorités politiques et militaires ivoiriennes, d’éviter un conflit ouvert pouvant déboucher sur un affrontement entre militaires entre les deux armées sœurs. « Il y a le problème malien qui engage des armées de la sous-région. Donc nous n’avons pas voulu jeter de l’huile sur le feu. C’est pourquoi, nous avons demandé à nos hommes de replier. Mais tout cela va se régler avec la visite des responsables de grands commandements en provenance d’Abidjan, dans les prochains jours », nous a confié un officier des Frci que nous avons joint à Man.
Pour l’heure, les militaires guinéens, tiennent solidement leurs positions. Une situation difficilement acceptable par les populations de Kpéaba. « Il faut trouver une solution définitive à ce problème qui date de 1999 au moment où le Général Guéï Robert était au pouvoir. Certes, la frontière ivoiro-guinéenne ici n’est pas matérialisée, mais que nous ne soyons pas pris entre deux feux ou victimes d’exactions des militaires guinéens », s’est emporté un habitant sur place.
M’BRA Konan

07/02/2013

CROISADE D’EVANGELISATION AVEC RENARD BONKE/ Le ST Esprit était présent, l’ordre aussi !



croisade,évangélisation,Renard Bonké,Yopougon,Côte d'IvoireL’organisation CFA Production était à Abidjan du 23 au 27 janvier dans le cadre d’une évangélisation de masse. Les chrétiens de Côte d’Ivoire ont eu l’occasion de communiquer et de communier avec leur Dieu, Jésus Christ de Nazareth ; durant 5 jours.croisade,évangélisation,Renard Bonké,Yopougon,Côte d'Ivoire
Combien étaient- ils ces fidèles venus de tous horizons ? Difficile de le dire mais une chose est sûre, il y avait du monde sur tout l’espace de l’Eglise Baptiste Œuvre et Missions de Yopougon.croisade,évangélisation,Renard Bonké,Yopougon,Côte d'Ivoire
Louange, adoration et prédication ont couvert le programme de cette importante rencontre spirituelle qui à coup sûr a donné un élan à la foi des chrétiens. Surtout vu les guérisons miraculeuses qui ont lieu, appuyées par les témoignes des sujets eux mêmes. Des boiteux ont marché, des aveugles ont vu, des sourds ont entendu et bien d’autres malades ont senti leur mal disparaitre de manière instantanée ! Comme au temps du Seigneur Jésus lui-même !croisade,évangélisation,Renard Bonké,Yopougon,Côte d'Ivoire
Mais chose surprenante, il n’y a eu aucune bousculade malgré toute cette multitude, et donc pas de blessé encore moins de mort ! Comme pour dire que lorsque le St Esprit est présent, il y a de l’ordre ! Gloire à JESUS !!!

SPIRITUEL/PRENDRE LA VICTOIRE !




victoire,Josué,Jéricho,7 fois,7 joursJosué 6:1 à 5 “Jéricho était fermée et barricadée devant les enfants d'Israël. Personne ne sortait, et personne n'entrait. L'Éternel dit à Josué: Vois, je livre entre tes mains Jéricho et son roi, ses vaillants soldats. Faites le tour de la ville, vous tous les hommes de guerre, faites une fois le tour de la ville. Tu feras ainsi pendant six jours. Sept sacrificateurs porteront devant l'arche sept trompettes retentissantes; le septième jour, vous ferez sept fois le tour de la ville; et les sacrificateurs sonneront des trompettes. Quand ils sonneront de la corne retentissante, quand vous entendrez le son de la trompette, tout le peuple poussera de grands cris. Alors la muraille de la ville s'écroulera, et le peuple montera, chacun devant soi.”

Introduction:
Jéricho: Quelle victoire extraordinaire!

Cet épisode de la vie du peuple d'Israël est une véritable source d'encouragement qui a durant des siècles inspiré de nombreuses prédications et nourrit la foi de multitudes de chrétiens.
La conquête de cette ville semblait tellement simple!
Marcher - crier - prendre le butin.


Beaucoup aimeraient reproduire fidèlement ce principe: Ce serait tellement facile!
Certains ont marché jusqu'à plus de force, crier jusqu'à plus de voix et n'ont ramassé aucun butin, aucune bénédiction, aucune victoire!
Quelle frustration! Quelle désillusion!
De telles défaites engendrent le doute, le découragement et le désespoir!

Nos villes sont elles si différentes de Jéricho?
Nos contemporains plus rebelles que les israélites?

Jéricho était une puissante ville fortifiée d'où jaillissaient des sources fraîches.
Elle produisait des fruits en abondance et ses habitants ressemblaient à des colosses menaçants.
A première vue rien ne faisait penser que la conquête de cette citée serait possible.
Mais comme l'a dit Jésus dans Luc 18:27: “Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.”

Alors quel est notre problème?
Ce qui fut possible à Josué peut-il être possible pour nous?

Après tout, notre Dieu fut son Dieu!

I) Une bénédiction nouvelle et personnelle.
Est-ce que je peux vous faire remarquer une chose dans les versets que nous avons lus?

Dieu a dit qu'il avait donné Jéricho à Israël, avant que tout changement se produise.

Dieu a donné Jéricho à Israël et à vous que vous a-t-il donné?

La bénédiction de Jéricho est une chose, votre bénédiction en est une autre car la conquête de Jéricho est un fait historique qui appartient au passé…!

Il y a aussi actuellement dans le monde, des quantités de réveils spirituels.

Mais leur réveil n'est pas le notre, chaque bénédiction, chaque victoire est différente et propre à une personne ou un peuple.

Je suis encouragé et content des victoires du passé et des bénédictions des autres, mais je désire vivre aussi ma victoire, ma bénédiction, ici et maintenant.
J'ai aussi besoin de voir personnellement la gloire de Dieu sur ma vie, dans mon entourage, dans ma ville... pas vous?

Dieu est le même hier, aujourd'hui et éternellement!
Rien ne résiste à Dieu!
Au cœur des ténèbres de ce monde, Dieu a toujours ouvert les cieux pour bénir ceux qui s'attendaient à lui.

Il a sauvé et béni Noé au cœur d'une génération corrompue et rebelle.
Il a répondu à la prière d'Anne et l'a bénie au delà de ses espérances alors qu'elle vivait dans une époque d'anarchie pendant laquelle il y avait le silence spirituel.
Jésus est descendu sur cette terre dans des circonstances historiques d'oppression et d'apostasie.
Ne regardez pas aux circonstances!

Dieu ouvre son ciel de gloire pour tous ceux qui ont un cœur disposé à la bénédiction.

Vous soupirez après votre victoire, vous voulez vivre les bénédictions qu'ont vécues les héros de la foi?
Dieu cherche encore des héros!
Des Noé, des Abraham, des Moïse, des Josué, des Élie...!
Des hommes de la même nature que nous...!

Êtes-vous conscients que certaines bénédictions et victoires du passé ne se renouvelleront jamais?

Dieu agit différemment pour chacun de nous et dans chaque circonstance.
Les bénédictions de Noé ne furent pas celles de Moïse, ni celles de Josué.
Nous ne pouvons nous contenter de vivre des victoires par procuration.
Nous ne voulons pas seulement être des auditeurs et des spectateurs mais des acteurs de la victoire!
Nous avons besoin de paroles fraîches et vivantes sortant du cœur de Dieu pour nous.
Nous avons besoin de nourrir notre foi de paroles de Dieu pour nous même, pour ici, pour maintenant!

Nous ne pouvons mimer les choses du passé, nous avons besoin d'une révélation fraîche et nouvelle, nous avons besoin de consulter Dieu.

Josué, lui aussi a dû apprendre ces choses.
Car après la conquête triomphante de Jéricho, il a cru pouvoir conquérir tout le pays de Canaan facilement. La ville suivante de Jéricho dans le plan de conquête du pays de Canaan était une petite citée du nom d'Aï. Pour la conquérir, Josué ne consulta pas Dieu et ce fut la défaite. (Josué 7)

Nous avons besoin d'entendre Dieu nous communiquer sa volonté.
Nous avons besoin qu'il nous donne pour prendre, saisir, nous emparer...!
Il y a encore des murailles qui se dressent devant nous!

Mais comment vont-elles se renverser?
Par des cris, au son de trompettes retentissantes, par une marche forcée?

Non, mais par une obéissance et une confiance aveugle du peuple de Dieu ce qui permettra à Dieu d'accomplir le miracle auquel nous espérons.

Josué 6:2 “Le SEIGNEUR dit à Josué: “Regarde, je te livre Jéricho avec son roi et ses courageux combattants.”

Si Dieu ne donne pas que pouvons-nous espérer recevoir ou posséder?

Quand Dieu déclare qu'il a fait quelque chose, à partir de ce moment, l'affaire est conclue.
Ce que Dieu dit, son bras l'accomplit!
Il est le donateur et nous n'avons plus qu'à recevoir avec beaucoup d'humilité et de reconnaissance.


II) Comment s'emparer de la bénédiction?
Dans ces derniers temps, Dieu répand abondamment son Esprit et ne cesse de parler à son peuple.
Pour tous ceux qui ont des oreilles pour entendre, Dieu parle et fait des promesses personnelles pour chacune de nos vies, pour nos églises et nos villes.

Quels sont les Josué de Dieu qui entendent sa voix et sont prêts à faire sa volonté?

L'apôtre Pierre a découvert cette vérité de Dieu dans Actes 10/34 il déclare: “je comprends vraiment que Dieu accueille tout le monde. Si quelqu'un le respecte avec confiance et fait ce qui est juste, cette personne plaît à Dieu. C'est vrai dans tous les pays.”

Dieu ne fait pas de favoritisme.
Il n'a pas de préférence pour une région du monde ou une autre, un peuple ou un autre...
Il aime tous ses enfants et tous les peuples.
Il désire d'ailleurs qu'aucun ne périsse, mais que tous parviennent à la repentance. (2 Pierre 3/9)
Il y a de l'espérance pour tous!

Nous ne devons pas être à la merci du péché, des pécheurs ou de Satan et de ses démons.
Nous sommes des enfants du Dieu tout puissant, du Dieu vivant et nous devons saisir ce qu'il nous a donné.

Nous devons recevoir l'ordre de Paul à Timothée: 1 Timothée 6/12: “Combats le beau combat au service de la foi, afin de vivre avec Dieu pour toujours. C'est pour cette vie qu'il t'a appelé. Tu as reconnu cela le jour où tu as affirmé clairement ta foi devant beaucoup de témoins.”

Nous devons, comme Josué, combattre le bon combat de la foi et saisir la vie éternelle avec tout ce qu'elle contient de victoires et de bénédictions en abondances. Jésus a donné sa vie pour nous et a dit “ moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.”

Dieu n'a pas pour nous des projets de défaites et de malédictions mais de bonheur et de victoires en lui! Nous devons croire cela de tout notre cœur et le confesser devant tous.
Confessez votre appartenance à Dieu!
Confessez la bénédiction et la victoire!!!!


Il est important de réaliser que les évènements racontés dans la bible ne se sont pas toujours produits aussi rapidement qu'il y paraît.
Le chapitre 6 de Josué se lit en quelques minutes, le livre entier en quelques heures, mais la réalité a pris beaucoup plus de temps!
Saviez-vous que la conquête de Canaan avait environ pris 7 ans?

Bien qu'aujourd'hui, les choses s'accélèrent grâce au progrès techniques, la persévérance et la patience sont encore de rigueur dans le peuple de Dieu!

Voyons comment Josué est parvenu à conquérir Jéricho:

Il a cherché à connaître cette ville.
Connaissez-vous ce que Dieu veut vous donner?
Faites-vous la différence entre ce que vous attendez de Dieu et ce que Dieu veut vraiment vous donner?

Nous avons besoin d'un regard neuf sur notre bénédiction, d'un regard de foi!
Voyez la différence entre le jugement des espions de Moïse et celui des espions de Josué 40 ans plus tard:
Nombres 13/27 à 33: “Nous sommes arrivés dans le pays où tu nous as envoyés. C'est bien un pays découlant de lait et de miel, et en voici les fruits. Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes; nous y avons même vu des enfants d'Anaq. Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tout le peuple que nous y avons vu, se compose d'hommes d'une haute taille; nous avons vu là les géants, fils d'Anaq, de la race des géants: nous étions à nos yeux comme des sauterelles, et c'est ce que nous étions aussi à leurs yeux!”

Josué 2/24: “Ils dirent à Josué: Certainement, l'Éternel a livré tout le pays entre nos mains, même tous les habitants du pays défaillent devant nous.”

Nous ne devons pas nous faire d'illusions, nous ne sommes pas un peuple naïf, bercé de rêves et inconscient. Mais nous ne devons pas craindre les faits et les circonstances, nous devons les voir avec les yeux triomphants de la foi.
Si Dieu est avec nous qui sera contre nous?



Il a consulté Dieu ou plutôt c'est Dieu qui l'a consulté.
Pourquoi Dieu s'est-il adressé à Josué?
Parce qu'il était au bon endroit, au bon moment et avait un cœur disposé pour Dieu.

Dieu sait à qui il peut parler, sur qui il peut s'appuyer.
Josué comme David était un homme selon le cœur de Dieu.

Dieu te parle-t-il?
T'a-t-il fait des promesses particulières?
T'a-t-il confié ses projets pour ta maison, ton église?
Et plus encore peut être...?

Si Dieu ne te parle pas, pose-toi ces questions:
Suis-je prêt à entendre sa voix, disposé?
Peut-il me faire confiance?

Dieu a fait sa part
Dieu a parlé.
Dieu a donné.
Dieu a présenté les plans stratégiques de combat pour la victoire.
Mais, que faire une fois que Dieu a parlé…

Josué a communiqué le plan de Dieu au peuple.
Lorsqu'une bénédiction concerne une famille, une église, un peuple tout entier, les personnes concernées et actrices de la bénédiction doivent toutes connaître le plan de Dieu pour elles.
Il y a besoin de foi et d'unité face à la volonté de Dieu.
Au verset 6, Josué a dans un premier temps appelé les sacrificateurs.
Au verset 7, dans un deuxième temps, il a donné ses ordres au peuple.

Le peuple s'est mis à l'action.
Les sacrificateurs se sont levés, ont porté l'arche et marché.
Puis le peuple s'est levé et a marché.
Il y a du mouvement et de l'action quand le plan de Dieu s'accomplit!

40 ans auparavant, personne n'était entré en Canaan, à cause de l'incrédulité, de la crainte et du manque d'unité parmi le peuple.

Cette fois, le peuple se lève comme un seul homme (unité) et obéit scrupuleusement aux ordres de Dieu communiqués à Josué.

Le temps de Dieu est souvent le temps où les hommes sont prêts.
Au verset 8: nous pouvons lire que tout se déroula comme il l'avait ordonné.

Dieu est prêt a nous révélé la stratégie d'attaque, le plan de bénédictions mais sommes nous prêts à lui obéir dans tous les détails?

Parce que le peuple:
Ne s'est pas rebellé contre Josué.
Ne s'est pas lassé de tourner autour de Jéricho.
N'a pas murmuré mais est demeuré dans le silence.
Ne s'est pas assis sur le bord du chemin, mais a continué malgré la lassitude ou la fatigue, sans apercevoir de signes de victoire.
Êtes-vous prêts à cela?



Conclusion:
Savez-vous que nous sommes le corps de Christ?
Ses mains, ses pieds, sa voix et que ce qu'il fait, il veut le faire à travers nous?

Nous sommes les membres actifs du Christ!

La bénédiction, la victoire dépend de nous.
Un corps paralysé, inactif peut-il remporté des victoires triomphantes pour Jésus Christ?
Nous faisons tous partie du plan de bénédiction de Dieu et Dieu n'a pas d'autre alternative pour ici et maintenant!
Personne n'a dit qu'avec Dieu tout sera facile ou rapide…!


Si nous voulons la bénédiction pour notre vie, celle de nos proches, celle de notre église et de notre ville, de notre pays, nous sommes concernés par ce message, nous sommes concernés par le combat de la foi, nous sommes concernés par la persévérance, la patience, l'obéissance et l'action.

Mais si nous répondons à tous ces critères, nous connaîtrons aussi la victoire, la puissance, l'autorité, la moisson et le miracle extraordinaire.
Nous ne pouvons gagner assis sur notre chaise à somnoler ou à rêver, à nous débattre avec nous même ou pire entre nous pendant que notre ennemi poursuit ses projets de destructions dans nos familles, notre ville... !

N'est-il pas écrit dans 2 Corinthiens 9/6 que celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème en abondance moissonnera en abondance? Et que ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse? Psaumes 126/5

Le peuple israélite n'était pas une armée d'élite, mais un peuple composé d'hommes, de femmes, d'enfants, de jeunes et de vieillards, de personnes simples et ordinaires qui ont répondu à l'appel de Dieu et lui ont obéi.
Souvenez vous d'une chose : “Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages et les choses faibles du monde pour confondre les fortes.” 1 Corinthiens 1/27

Si vous voulez obéir totalement à Dieu, ne vous fiez pas aux circonstances, avancez avec foi et n'abandonnez jamais. Cherchez la volonté de Dieu et accomplissez-la.
Vous obtiendrez tout ce que Dieu vous a donné et promis, des âmes, un logement, un travail, un réveil pour votre ville ou pour votre pays... Quoique ce soit quand Dieu a parlé et donné, ne doutez plus et avancez, il marche devant vous et combat pour vous.
Restez dans la paix et faîtes tout ce qu'il vous ordonnera.




Xavier Lavie