topblog Ivoire blogs

22/10/2012

MESSAGE : NE MÉPRISE PAS TON DROIT!




Mathieu,Jacb ,Esau ,droit,mépriser

Lecture : Math 1 : 2
Généralités

Ce texte soumis à notre étude est tiré de l’Evangile selon Mathieu. C’est le premier livre du Nouveau Testament. Il a été écrit en environ l’an 50 AP JC et ce livre nous présente CHRIST comme le ROI. Que dire de son auteur ? Mathieu était l’un des apôtres du Seigneur JÉSUS. Il avait pour emploi percepteur d’impôts ou publicain au service du gouverneur romain (rappel de la position politique d’Israël, gouverné par Rome). A ce titre Mathieu était mal aimé parce que très embêtant pour les commerçants et les hommes d’affaires qui payaient l’impôt avec lui. Evidemment il volait ceux-ci. C’est dans cet état qu’il va rencontrer CHRIST qui va faire de lui son apôtre.
Mathieu est le seul à parler de « Trône de sa gloire » et c’est le seul des Évangiles où Jérusalem soit appelé « la ville sainte ». C’est l’Evangile du ROI et donc l’Evangile du Royaume.

Introduction

Dans ce premier chapitre, Mathieu nous fait la présentation du ROI en commençant par sa généalogie avant de finir sur le début de sa vie non sans transiter par sa naissance.
Qu’est ce qu’une généalogie ? C’est un dénombrement, c’est la liste des membres d’une famille.
Au plan scientifique, c’est la science qui a pour objet la recherche de l’origine et l’étude de la composition des familles. Dans la présentation de la famille de JC nous avons été attiré par quelque chose d’anormale à savoir qu’on cite ABRAHAM ensuite ISAAC puis JACOB, or celui-ci est jumeau et de surcroît le plus petit selon les Écritures. Pourquoi cela ? Qui est le plus grand ? Et qu’est-il devenu ?
C’est cette situation qui nous a inspiré le thème de notre étude : Ne Méprise pas ton droit ! Qu’est ce qu’un droit ? Pourquoi n’est-il pas bon de le mépriser ? Ou alors quelles sont les conséquences liées à cette attitude ?

I-Définition du droit- Différents types de droits

1°) Définition
Droit vient du mot latin directum qui signifie ce qui est juste
Le droit étant un mot à plusieurs connotations (plusieurs sens), il est bon de signaler que nous nous situons ici dans le contexte de « droits et devoirs » d’un individu en général et du chrétien en particulier.
Selon le petit Larousse, le droit est la faculté d’accomplir ou non quelque chose, d’exiger quelque chose d’autrui, en vertu des règles reconnues individuelles ou collectives, c’est un pouvoir, une autorisation. Exple ; on dit souvent qu’on n’a pas « le droit ou autorisation de » fumer en public ou au bureau, avoir des droits et devoirs, j’ai le droit de…
On pourrait donc dire ici de manière simplifiée que le « droit ou un droit », c’est ce qui nous revient, ce qui nous profite soit de manière naturelle (par héritage), soit de manière légale (selon la loi) ou selon des règles individuelles ou collectives. Exple ; acquérir quelque chose par la force, cas de la boxe. Il existe donc plusieurs types de droits.



2°) Cette liste n’est pas exhaustive. On a :

-les droits des hommes ; la déclaration universelle des droits de l’homme selon laquelle « tout individu quelque soit sa race son origine ou son rang social a le droit à la vie, tous les êtres humains sont égaux entre eux.
-le droit foncier ; concerne la loi sur la terre et son acquisition, tout ce qui peut y être mené comme activité ;
-le droit de propriété et l’héritage
-le droit d’aînesse ; pouvoir du plus grand.
Et c’est justement ce dont il est question dans notre étude.
Il est bon de remarquer ici qu’Esau qui est l’aîné des jumeaux n’est pas mentionné dans cette généalogie. Pourquoi ?
=Il a foulé aux pieds son droit d’aînesse. Gen 25 : 27-34
Comment ? Quelles sont les conséquences ?

II- Quelles sont les conséquences liées à une telle attitude ?

1°) Comment ESAU en est arrivé à là ? Avant de voir les conséquences à proprement parler, voyons comment Esau en est arrivé à là ? Lect Gen 25 : 24-34
=Il a échangé son droit d’aînesse contre un mets parce qu’il avait faim. Esau a banalisé l’acte. Alors que Jacob était au sérieux.
Il nous arrive aussi souvent de banaliser des choses importantes (au plan spirituel) face aux exigences de la chair pour en satisfaire les besoins ou les désirs. Et pourtant selon les Ecritures « la chair et les aliments seront détruits …) selon 1 COR 6 :13. Implicitement, celui qui nourrit l’âme vivra par la foi.
Remarques (sur le droit d’aînesse en Israël à cette époque). Certains avantages étaient liés au droit d’aînesse dans la tribu d’Israël ;
-le chef de famille exerçait l’office du sacrificateur ;
-la lignée d’ABRAHAM (Seth, Sem, Abraham Isaac et Jacob) bénéficiait de la promesse faite en EDEN : l’écrasement de Satan Gen 3-15; à savoir qu’ils sortiraient toujours vainqueurs des combats qu’ils livreraient tant qu’ils demeureraient dans les voies du Seigneur DIEU.
-En vertu du droit d’aînesse ESAU était l’héritier direct de la promesse de bénédiction faite ou accordée à ABRAHAM en Gen 12 :3. Mais il vendit son privilège pour une satisfaction charnelle. Sa naissance ne lui conférait qu’une priorité naturelle. DIEU n’a jamais laissé entendre qu’ESAU était désigné pour transmettre la bénédiction d’ABRAHAM. Soulignons que, quand bien même JACOB voyait le droit d’aînesse de manière charnelle, il faisait aussi une démonstration de foi dans son ambition d’obtenir ce droit. JACOB était conscient que s’il obtenait ce droit, il gagnerait quelque chose !




2°) Conséquences
Les conséquences sont non seulement physiques mais aussi spirituelles :
-physiquement on perd ce qui nous revenait, cas d’ESAU GEN 27 :39-40
Cela entraîne la pauvreté, le déshonneur, en quelque sorte la malédiction, Héb 16 :17
-spirituellement on est rayé du plan de DIEU. Il y a des principes dans la vie avec lesquels on ne s’amuse pas, entre autres : l’héritage, le droit foncier, le droit d’aînesse etc…A propos du droit foncier, les Ecritures déclarent que la terre ne se vend pas à perpétuité (pour toujours) selon Lév 25 :23. Et si d’aventure un parent a vendu une terre ou une propriété, son héritier ou un proche parent a le droit de rachat, c’est-à-dire qu’il peut racheter ce que le père a vendu s’il en a les moyens.
S’il n’a pas les moyens, il est obligé d’attendre le jubilé (50 ans) avant de reprendre ce que le père a vendu, Lev 25 :24-28.
Surtout que nous sommes plusieurs sur la terre, celui qui refuse de rentrer dans le plan de DIEU est automatiquement remplacé par quelqu’un d’autre selon la parole qui dit que « …si nous refusons de louer le Seigneur, il suscitera des pierres à notre place pour le faire… » C’est dire que JC peut transformer n’importe qui pour le mettre dans son plan pour avancer. Ici ESAU, l’aîné naturel n’a pas été mentionné dans l’arbre généalogique de JC et nulle part ailleurs si ce n’est dans Genèse, on ne parlera plus d’ESAU si ce n’est en mal et même le peuple qui est sorti de sa lignée sera ennemi à Israël, ce sont les Edomites venant d’Edom = Esau = Roux (Ex 15 :15).

CONCLUSION

ESAU a méprisé son droit d’aînesse pour de la nourriture, il a été retiré de la lignée du Seigneur JESUS. Tandis que JACOB y est entré par la foi. C’est cette foi que le chrétien doit avoir. Il nous arrive de nous comporter comme ESAU face au monde, faisons attention !!!
Chers frères et sœurs, le droit absolu qui nous revient quant à nous chrétiens, c’est celui du salut, eh oui nous avons droit au salut par la mort et la résurrection de JESUS CHRIST de Nazareth. C’est à un grand prix que nous l’obtenons, par le sang pur et sans tâche de JESUS CHRIST. En préférant donc les plaisirs du monde à savoir l’alcool, la cigarette, le sexe, les maquis et autres, l’occultisme, le fétichisme, la sorcellerie …nous méprisons le salut que le Seigneur nous offre et nous nous engageons ainsi résolument sur la voie de l’enfer.
Accordons donc de l’importance à ce qui nous revient, à ce que DIEU nous donne pour ne pas rater le tournant de notre vie avec le Seigneur.
A titre de comparaison, ESAU représente l’homme naturel, terrestre et charnel, (Héb12 :16-17) et dépourvu de foi. Tandis que JACOB est le prototype de l’homme qui marche selon la foi. Et cette foi lui a fait gagner beaucoup de choses : il a lutté par la foi avec quelqu’un à Ebénézer. Or rien ne présageait que cet homme avait une bénédiction pour lui mais par la foi JACOB lui dit qu’il ne le laisserait pas partir tant que celui-ci ne l’avait pas béni. C’est cela la foi ! Et JACOB deviendra plus tard le père de douze enfants, qui seront les douze tribus d’ISRAEL. AMEN.


Les commentaires sont fermés.