topblog Ivoire blogs

25/07/2012

Sassandra/Jésus Christ démaque un imam sorcier qui avoue : « j’ai tué 80 personnes »



Soir Info-25/7/2012
unedu25.7.2012d.gif
Dans la nuit du mercredi 18 juillet 2012, il y avait liesse à Zégréboué, village de la sous-préfecture de Sago, dans le département de Sassandra. Et pour cause, D.S, l’imam en second de la bourgade, démasqué récemment pour pratique de sorcellerie par le prophète Joël Krasso, a fait de terribles aveux Dans la nuit du mercredi 18 juillet 2012, il y avait liesse à Zégréboué, village de la sous-préfecture de Sago, dans le département de Sassandra. Et pour cause, D.S, l’imam en second de la bourgade, démasqué récemment pour pratique de sorcellerie par le prophète Joël Krasso, a fait de terribles aveux. Mais cela n’a pas été facile selon nos sources. Car le prophète a dû faire face à un difficile combat mystique à lui imposé par l’imam aux pratiques obscures. Ayant donc finalement été « désarmé » par son adversaire, le bien curieux adepte d’Allah, après de vaines diversions, s’est mis à table devant une foule en « transe ». A en croire donc D.S, si de nombreux jeunes diplômés du village et ceux en quête d’emploi sont abonnés à la disette, c’est bien de son fait. Car par des pratiques sombres dont lui seul a le secret, il a emprisonné le destin de ces derniers sous le gros rocher placé au centre du village. A travers un canari contenant une mixture déterré dans sa chambre par l’homme de Dieu, D.S dit invoqué l’âme de sa cible. Une fois que l’image de cette cible apparaît à la surface de la mixture, il lui lance tout simplement le sort de son choix. Entre autres, la mort, la galère, le chômage, la folie, l’éternel célibat, la stérilité etc…Poursuivant sa litanie d’aveux, l’accusé de pratique de sorcellerie, indique que ses propres 25 enfants n’ont pas échappé à son pouvoir maléfique.

Et c’est d’ailleurs pour cela, précise-t-il, qu’aucun d’entre eux ne connaît la réussite sociale. Tous sont sur le carreau. Il a enfoui leur chance dans le crâne du squelette de son défunt père à lui. Comment explique-t-il une telle méchanceté à l’égard de sa propre progéniture ? Devant celle-ci éberluée, le vieil imam en second explique tout simplement qu’il n’admet pas du tout une prétendue impolitesse de la part de ses enfants à son endroit. Une justification bien farfelue qui ne situe que trop, sur sa cruauté. Une cruauté à laquelle il est donné un relief par les 80 mystiquement morts revendiqués par l’adepte de Belzébuth. Pour mettre à mort ses victimes, D.S indique recourir à un fémur humain lui aussi sorti de terre dans sa maison, par le prophète Krasso. Cette « arme », hors du commun, lui sert à assommer ses cibles. Et d’esquisser sans tergiverser le geste du crime. Et le plus cocasse dans tout cela, provenant de l’homme à la magie noire, se situe dans ce qu’il fait à ses coreligionnaires à l’occasion des prières dans la mosquée. Le prophète lui signifie que lorsqu’il s’abaisse pour prier, il libère volontairement des pets qui ont pour effet de frapper des pires sorts, ses coreligionnaires. Ce qu’admet D.S devant toute l’assistance complètement abasourdie. Au final, après avoir détruit le pouvoir occulte de l’imam en second, pour le rendre à présent plus sociable, le prophète se propose de libérer le village de Zégréboué de l’emprise des pratiques fétichistes, pour lui permettre enfin d’amorcer son développement.

Les commentaires sont fermés.