topblog Ivoire blogs

29/06/2012

Transfèrement de Soro à la Cpi: Grosses pressions des Américains sur Ouattara


Philip-Carter-III-300x177.jpg
29 June 2012 @ 17:00
Philip Carter, l’ambassadeur des usa en Côte d’ivoire, et Ouattara, son allié d’hier ne filent plus le parfait amour. Comme on le dit à Abobo, «c’est gâté entre les deux hommes». Le diplomate Yankee reproche à son poulain, une gestion pas démocratique du pouvoir. Ce qui n’est pas fait pour plaire à Ouattara et à son parrain français, nicolas Sarkozy. Très vite, Carter a été classé dans le lot des taupes qui dans l’entourage de Ouattara, était même à couteaux tirés avec jean Marc Simon, anciennement ambassadeur de la France en Côte d’ivoire. en fait plusieurs questions jettent le froid entre les deux. C’est vrai qu’il y a le problème des droits de l’Homme.

Mais il y a aussi cette délicate affaire de la Cpi. Sur ce point, les Américains restent intransigeants, en maintenant de grosses pressions sur le pouvoir. et c’est le confrère confidentiel «La lettre du continent» qui donne l’info. Il mentionne clairement que les Américains seraient en train de pousser le pouvoir ivoirien à livrer des chefs de guerre comme Losséni Fofana et Chérif Ousmane. ils veulent absolument les voir devant cette cour de justice et ce n’est pas tout. L’Amérique demande aussi que Soro, Président de l’Assemblée nationale soit conduit devant cette juridiction au nom de l’équité. Il est clair que tous ces chefs de guerre ont été cités dans des crimes de guerre en Côte d’ivoire. Loss, comme l’appellent ses soldats, a pratiquement fait un nettoyage ethnique dans la région de l’ouest.

Les témoignages sont bien clairs là-dessus. C’est le même cas pour Chérif Ousmane, l’ange exterminateur de l’ouest et de Yopougon. Ses hommes ont aussi commis des crimes de masse dans cette commune. Quant à Soro, il n’est que l’un des grands chefs de cette armée de pillards qui excelle aussi dans les crimes de guerre. Mais peut-on inculper Soro et laisser Ouattara en liberté ? Pas du tout, puisqu’il est le chef suprêmes des Frci. C’est d’ailleurs lui qui a créé cette armée depuis son refuge volontaire du Golf hôtel au plus fort de la crise postélectorale. Peut-on dire que le Président Gbagbo est l’auteur des prétendus crimes qu’on lui reproche aujourd’hui ? Pas du tout. Car ce n’est pas lui-même qui allait sur le théâtre des opérations. Mais chaque chose a son temps.et le temps de Ouattara et ses hommes viendra.

G Brence

Source: Le Temps

Les commentaires sont fermés.