topblog Ivoire blogs

29/06/2012

Dr SEBAGO, une autre victime de la crise post-électorale


Dr SEBAGO, une autre victime de la crise post-électorale
By Abraham RABEPublished: 28 juin 2012
Posted in: Abidjan, Sud
Tags: campus cocody,
cordonnier,
crise pot-électorale,
Dr SEBAGO,
victime



DR-SEBAGO.jpg
Dr SEBAGO à son poste de travail au carrefour Mermoz à Cocody

Dr SEBAGO a travaillé sur le campus de 1998 (Université de Cocody, Abidjan) jusqu’à la récente mesure de fermeture des résidences universitaires. C’est la mort dans l’âme qu’il fut obligé de mettre fin à sa juteuse activité à l’instar de plusieurs autres qui tenaient un business sur le campus de cocody.

«Je gagnais entre 15 000 et 25 000 F par jour dans les dernières années », déclare t-il.


Ce sobriquet (Dr SEBAGO) qui lui allait si bien n’est point fruit du hasard. En effet, ce garçon d’une trentaine d’année est réparateur de chaussures de la marque « SEBAGO », très prisée par les étudiants et étudiantes. Une anecdote au passage. Un nouveau bachelier qui venait d’achever son inscription s’adressa à un ancien : « où retire t-on les SEBAGO ? ». En pensant que c’est la direction de l’université qui les distribuait gratuitement à chaque étudiant.

Pétri de talent à l’état naturel, aucune chaussure n’était pour Dr SEBAGO irréparable! Nous sommes nous-mêmes un témoignage palpable pour avoir séjourné au campus de Cocody et bénéficié de ses services. Il était rare de voir un étudiant se plaindre de son travail. Et même si plainte il y avait, il arrivait toujours à s’entendre avec ces quelques clients des plus exigeants.

Après la crise, il est aujourd’hui installé au carrefour du Collège Mermoz à Cocody attendant quelques rares clients. Mais combien y gagne t-il ? « Tout au plus 5 000 F par jour », ajoute Dr SEBAGO, l’air abattu, poursuivant : « tous mes clients s’étant dispersés, c’est très dur de s’en sortir de nos jours ».

Cependant, OTO Symphorien, de son nom à l’Etat Civil, ne désespère point. Mieux il envisage reprendre sa place dès l’ouverture prochaine des cités universitaires.

Les commentaires sont fermés.