topblog Ivoire blogs

01/06/2012

MENSONGES ET INTRIGUES DANS LE MILIEU POLITIQUE/ Le peuple doit soumettre les politiques à l’épreuve du gôpô §



Le « gôpô » et le « djêtê » (appellation en pays bété) sont des épreuves qui se pratiquaient dans les temps anciens pour découvrir la vérité. Et ce dans un certain nombre de cas en particulier l’adultère, le vol, le crime ou le mensonge qui peut avoir de graves conséquences sur la cohésion sociale. Le présumé coupable est soumis à l’une de ces épreuves lorsque celui-ci s’endurcit à reconnaître sa culpabilité après plusieurs interrogatoires. Application et signes permettant de découvrir le coupable.
Le « gôpô » est la sève d’un arbre (gôpô souh,) de couleur blanchâtre qu’on applique sur la nuque de l’incriminé. Et ce après lui avoir fait prononcer des paroles spécifiques par quelqu’un qui s’y connaît. Ces paroles se résument en ces termes : « Si je suis coupable, que je ne vois plus jamais ou alors que tel ou tel malheur m’arrive ! » Si la personne est coupable, elle devient non voyante de manière effective quand bien même ses yeux restent ouverts. Dans le cas contraire la sève appliquée sur la nuque ressort par les yeux sous forme de larmes et la personne s’en sort indemne. Quant au « djêtê », c’est le jus obtenu des feuilles d’un autre arbre (djêtê souh). Ce jus est avalé par le soupçonné après avoir cité les paroles comme celles-ci : « Si je suis coupable que tel ou tel malheur m’arrive», toujours par un spécialiste en la matière. Les signes sont évidents quand on est coupable ; on se comporte comme un malade mental, quelqu’un qui a perdu la raison ou encore comme un saoulé. Dans le cas contraire la lucidité demeure malgré toutes les paroles incantatoires.
Ceci dit nous pensons très sincèrement que tous les hommes politiques ivoiriens devraient être soumis à l’épreuve du gopo. Et pour cause, le mensonge et la délation sont monnaient courantes dans le milieu politique. De sorte qu’on pourrait les appeler « des mentivores » pour désigner ceux qui ne vivent que du mensonge.
L’engagement, la résolution et la conviction ? Ne leur demander pas cela ! Ils mangent dans toutes les sauces quelque soit leur goût. Ce sont de vrais nomades politiques. Ils ne clignent point l’œil pour mentir au peuple dont ils disent qu’ils sont les représentants. Oubliant cet adage qui dit: « On peut mentir au peuple une seule mais on ne mentir au peuple tout le temps ! »
Parlant de conviction, seul Laurent GBAGBO reste convaincu sur son itinéraire. Voici quelqu’un qui va jusqu’à risquer sa vie juste pour ce dont il est convaincu.
On doit donc revenir à ces pratiques tellement le mensonge et les crimes sont devenus sont devenus une seconde nature pour plusieurs de nos jours. Ce qui faciliterait aussi un temps soit peu la tâche au Procureur de la République dans ses enquêtes vu le grand nombre de dossiers à traiter.


15:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mensonge, politique, qopo, peuple

Les commentaires sont fermés.