topblog Ivoire blogs

29/05/2012

Alerte ! Urgent ! / Mission soi-disant Confidentielle contre les pro-Gbagbo au Ghana (N’kruma-kro)



unedu28.5.2012n.gif
Correspondance-28/5/2012

Nous sommes un groupe de femmes recrutées depuis un certain moment pour le compte de ceux que vous pouvez aisément deviner, afin d’aller espionner les refugiés Ivoiriens au Ghana et dans les autres pays de la sous-région. Notre mission consiste à aller séduire particulièrement les hommes qui sont au devant de la résistance patriotique et tous les pro-Gbagbo qui inquiètent le pouvoir actuel d’Abidjan. Une fois la séduction réussie, il serait question d’aller jusqu’aux rapports sexuels pour les cas plus complexe et petit à petit, emmener nos partenaires de circonstance à nous faire confiance. Avec les moyens mis à notre disposition pour cette mission, nous devons nous faire passer pour des femmes d’affaires, aisées et capable de venir en aide à ceux qui tomberont dans nos pièges et à partir de là, les empoisonner après avoir recueilli d’eux les informations nécessaires dont nos patrons ont besoin. L’ordre de mission est déjà confectionné et la mission démarre maintenant même. Je vous en prie, prenez cette information très au sérieux, car tout est prêt pour le démarrage de cette mission qui a pour but d’infiltrer les pro-Gbagbo, les résistants, les leaders d’opinion et les patriotes avant le procès de Gbagbo le 18 Juin à la Haye. L’objectif final est d’empêcher tout soulèvement probable, après que les charges contre Gbagbo seraient confirmées. D’ailleurs ici à Abidjan et particulièrement dans le cercle qui nous a recrutées, les uns et les autres sont convaincus que Gbagbo restera à la Haye pour le reste de sa vie, et c’est ce qui explique toutes les missions confidentielles vers les pro-gbagbo et leurs soutiens pour les anéantir physiquement par tous les moyens.
On nous dit que les pro-gbagbo aiment les femmes et qu’ils tomberont facilement dans nos pièges, voilà pourquoi c’est nous les femmes qui devons aller pour cette mission.
Pour le respect que j’ai pour la vie humaine, je me dois devant Dieu et devant les hommes de faire passer cette information qui est d’une urgence à prendre très, très, très au sérieux!

Touré Mawa Moussogbê Daniella

16:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Alerte Info/Ghana: Le camp de réfugiés ivoiriens d’Elubo démantelé


Alerte Info/Ghana: Le camp de réfugiés ivoiriens d’Elubo démantelé

mar, 29 mai 2012 - 8:30 Catégorie:Diaspora
exiles2_0.jpg
Exilés ivoiriens au Ghana.

Le 29 mai 2012 par IVOIREBUSINESS – Selon une source confidentielle, le gouvernement ghanéen, sur pression du régime d’Abidjan et du HCR, a décidé de démanteler le camp de réfugiés ivoiriens d’Elubo. La nouvelle

destination choisie pour ces derniers est un camp de transit à CAPE COSTE, loin de la frontière ivoirienne. Pour les exilés, cela s’apparente à une prison. Une radio ghanéenne, Peace FM, a même annoncé que tous les exilés qui refusent de partir à CAPE COSTE seront arrêtés et mis en prison.
Suite à cette annonce, beaucoup d’exilés ivoiriens ont pris la clé des champs et ce sont évanouis dans la nature, depuis hier 28 mai.
Mais le gouvernement ghanéen tient à préciser qu’il ne s’agit en aucun cas d’une remise en cause de l’asile accordée aux ivoiriens au Ghana, mais juste d’une mesure de bon voisinage en faveur du régime d’Abidjan, qui dort d’un œil depuis que des milliers d’ivoiriens ont pris le chemin de l’exil ghanéen.

IvoireBusiness suit l’information de très près, et informera encore ses lecteurs des derniers développements concernant le démantèlement du camp d’Elubo, situé vers la frontière ivoirienne.

Claude Millé
Correspondant permanent au Ghana

15:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghana, exilés, camp, fermé

28/05/2012

Éléphants - Sabri Lamouchi remplace Zahoui François



Changement à la tête de la sélection ivoirienne. Zahoui François a été remplacé par le franco-tunisien Sabri Lamouchi, ce lundi. Lire le communiqué de la Fédération Ivoirienne de Football.

4309387-6503514.jpg

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La Fédération Ivoirienne de Football informe de ce que, à partir de ce jour, Monsieur Sabri LAMOUCHI est nommé Sélectionneur et Entraîneur de l’Equipe nationale A, en remplacement de Monsieur François ZAHOUI.

Le Comité Exécutif de la FIF tient à adresser ses remerciements à Monsieur François ZAHOUI pour le travail effectué pendant l’exercice de ses fonctions à la tête des Eléphants.

La décision prend effet dès publication du présent communiqué.


Pour le Comité Exécutif
Le 2ème Vice-Président

ABINAN Pascal

27/05/2012

Gbagbo a été torturé, selon le rapport d’un expert de la CPI/Ces mauvais traitements qui invalident la procédure…


Gbagbo a été torturé, selon le rapport d’un expert de la CPI/Ces mauvais traitements qui invalident la procédure…
par La rédaction le 26/05/12 à 10:06
GBAGBO,tortures,korhogo,CPI

La Défense du plus célèbre prisonnier politique d’Afrique persiste et signe, en se fondant sur le rapport d’un expert accrédité à la CPI, dont le sérieux ne saurait donc être mis en cause, datant du 31 mars 2012. Laurent Gbagbo a été soumis à des mauvais traitements assimilables à des tortures à l’hôtel du Golf et à Korhogo. Au-delà du choc moral et des éventuelles conséquences judiciaires pour le camp des tortionnaires – ce type de crimes étant du ressort de cette juridiction –, les conséquences juridiques sont impitoyables. Et devraient conduire à l’annulation d’une procédure viciée par ces violations des droits de l’homme. Extraits.
‘‘Le 13 avril 2011, après accord des responsables français et onusiens, le Président Gbagbo est transféré dans le nord du pays, à Korhogo. Il y sera gardé par un chef militaire rebelle, le commandant Martin Kouakou Fofié. Ce dernier fait l’objet de sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour violations des Droits de l’Homme et notamment des arrestations arbitraires et des exécutions extrajudiciaires, des sévices sexuels sur les femmes, l’imposition de travail forcé et le recrutement d’enfants soldats.
L’arrestation brutale du Président Gbagbo, sa détention à l’hôtel du Golf et son transfert à Korhogo sont illégaux: aucune procédure n’a été ouverte le concernant, aucun mandat d’arrêt n’a été émis, aucune charge n’a été portée contre lui par un juge ou une quelconque autorité.

Quand Kofi Annan et Desmond Tutu sanctifiaient des traitements inhumains

C’est un homme traumatisé et fatigué qui est enfermé dans une maison appartenant à l’un des proches de Guillaume Soro. Il n’en sortira plus qu’à quelques reprises pendant huit mois. Ses geôliers maintiendront d’abord la fiction que le Président Gbagbo est détenu à la Résidence Présidentielle de Korhogo où il ne sera transféré que pour quelques heures afin de rencontrer l’ancien Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, Desmond Tutu et Mary Robinson en mai 2011 (ces visiteurs illustres prétendront que les conditions de détention du Président étaient bonnes) et le Représentant Spécial pour la Côte d’Ivoire du Secrétaire Général des Nations Unies, Young Jin Choi, qui lui non plus ne trouvera rien à redire aux conditions de détention du Président Gbagbo. En réalité, à peine les visiteurs partis, le Président était raccompagné dans son lieu de détention, sous la garde des hommes du commandant Fofié. (…)
Au cours de cette détention arbitraire, le Président Gbagbo fut victime quotidiennement de mauvais traitements et d’actes de torture.
Enfermé dans une chambre de trois mètres sur trois, sans pouvoir faire le moindre exercice, sans pouvoir même marcher à l’extérieur de la maison, peu nourri et surtout ne disposant pas des médicaments nécessaires au traitement de ses pathologies, le Président Gbagbo s’affaiblit rapidement (Cf. annexes 6 et 7). Au bout de quelques semaines, il est méconnaissable et ne peut plus se déplacer sans aide. Malgré les demandes de son médecin, ces geôliers refusent de le soigner de manière décente et même de le faire examiner dans un environnement hospitalier.
A ce régime, ayant pour objectif de l’épuiser physiquement et moralement, s’ajoutent les pressions psychologiques : pendant les huit mois de sa détention, il lui est interdit de communiquer avec les membres de sa famille et avec ses Avocats, lesquels ne peuvent lui rendre visite qu’à de très rares reprises et après avoir surmonté de très grandes difficultés (Cf. Infra 2.1.2).
L’état de santé du Président se dégrade à tel point que, d’après les quelques rares visiteurs et d’après son médecin – lui aussi enfermé de manière arbitraire – la situation devient, à partir du mois d’octobre 2011, critique.

Les phrases du médecin expert qui accusent Ouattara

Le médecin expert, mandaté par la défense peu de temps après l’arrivée du Président Gbagbo à La Haye, précise dans son rapport du 31 mars 2012 que les conditions de détention du Président Gbagbo «doivent être considérées comme une forme de mauvais traitement aussi sérieux que des abus physiques et la torture». Il précise : «l’isolement est habituellement utilisé pour casser les prisonniers».(Cf. annexe 8). Il ajoute que l’état de santé préoccupant du Président Gbagbo résulte d’un traitement de ce qui «doit être regardé comme des mauvais traitements et même comme de la torture». Le mauvais état de santé actuel du Président Gbagbo résulte d’après lui de ces tortures et révèle typiquement un «syndrome de l’hospitalisation». Il précise : «Les problèmes médicaux actuels du Président Gbagbo proviennent des conditions inhumaines de sa détention».

22:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gbagbo, tortures, korhogo, cpi

25/05/2012

La défense de Laurent Gbagbo conteste la compétence de la CPI



actu_1337949348.jpeg


LA HAYE- La défense de l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l`humanité, a contesté la compétence de la CPI pour juger M. Gbagbo, a indiqué la cour vendredi.

La défense demande à la chambre de "déclarer que la CPI n`est pas compétente pour la période et les faits visés dans le mandat d`arrêt délivré à l`encontre de Laurent Gbagbo le 23 novembre 2011", a écrit Emmanuel Altit, l`avocat français de M. Gbagbo, dans un document officiel déposé jeudi et rendu public vendredi.

M. Altit estime que Laurent Gbagbo a subi une violation de ses droits et des "tortures et autres traitements inhumains et dégradants" lors de ses huit mois de détention dans le nord de la Côte d`Ivoire avant son transfèrement à La Haye, le 30 novembre.

Selon l`avocat, ces violations, "qui ont eu des conséquences graves sur son état physique et mental", sont contraires à l`article 55 du Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, qui indique les droits des personnes dans le cadre d`une enquête.

Il demande donc à la chambre de "constater que ces violations sont de nature à rendre la tenue d`un procès équitable impossible", selon la même source.

La Côte d`Ivoire a signé mais pas ratifié le Statut de Rome, rappelle M.Altit dans son document, long de 79 pages. Les documents sur lesquels se base le procureur pour établir sa compétence et son mandat d`arrêt, dont une lettre du président Alassane Ouattara, sont dénués "de toute valeur juridique", souligne l`avocat.

L`audience de confirmation des charges, qui doit permettre aux juges de déterminer si les preuves rassemblées par l`accusation sont suffisamment solides pour la tenue d`un procès, doit débuter le 18 juin.

Des manifestations de soutien sont régulièrement organisées devant le centre de détention de la CPI à Scheveningen, dans la banlieue de La Haye où est écroué l`ancien président ivoirien.

Premier ex-chef d`Etat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, 66 ans, est soupçonné par la CPI d`être "coauteur indirect" de crimes contre l`humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011.

Son refus de céder le pouvoir à son rival et actuel président Alassane Ouattara avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3.000 morts.

Le parti d`Alassane Ouattara avait obtenu la majorité des sièges aux législatives du 11 décembre, boycottées par le camp de Laurent Gbagbo.




Envoyer cet article par mail